Ottawa - Le caucus parlementaire pro-vie veut rouvrir le débat sur l'avortement

Le Canada a célébré cette année le 20e anniversaire de la décriminalisation de l’avortement par la Cour suprême, mais certains craignent que les conservateurs rouvrent le débat.
Photo: Agence Reuters Le Canada a célébré cette année le 20e anniversaire de la décriminalisation de l’avortement par la Cour suprême, mais certains craignent que les conservateurs rouvrent le débat.

Winnipeg — Le nouveau président d'un caucus parlementaire pro-vie s'est engagé à raviver le débat sur l'avortement au Canada ainsi qu'à donner «plus de valeur» à la vie du foetus.

Même si le premier ministre conservateur Stephen Harper avait déclaré qu'il n'était pas intéressé à rouvrir le débat sur ce sujet controversé, le député de Winnipeg-Sud, Rod Bruinooge, a affirmé à La Presse canadienne que la population devait être mieux informée au sujet de la position canadienne sur l'avortement, car très peu de Canadiens savent qu'un enfant, avant sa naissance, a moins de valeur qu'un rein. Selon lui, le pays se retrouve ainsi dans «une classe à part».

Les partisans pro-vie ont affirmé que les médecins canadiens devraient procéder à des avortements tardifs uniquement si la santé de la mère est en péril ou si l'on sait que le bébé ne survivra pas après sa naissance.

Le Canada a célébré cette année le 20e anniversaire de la décriminalisation de l'avortement par la Cour suprême, mais certains craignent que les conservateurs rouvrent le débat.

Lors d'un récent congrès du parti à Winnipeg, certains délégués conservateurs ont voté en faveur de la résurrection d'une proposition visant à instaurer un chef d'accusation criminel spécifique qui pourrait être porté contre un suspect qui tue ou blesse un foetus au cours d'un crime commis à l'encontre d'une femme enceinte.

Le projet de loi a été mis au rancart lorsque les élections fédérales ont été déclenchées.

Mais les détracteurs de ce projet de loi croient qu'il rouvrirait le débat sur l'avortement en reconnaissant des droits au foetus.

«Nous devons avoir un point de départ pour débattre afin de définir si l'avortement est légal ou pas jusqu'au moment de la naissance», a affirmé M. Rod Bruinooge.

Il n'a pas voulu dire combien de députés faisaient officiellement partie du caucus pro-vie, mais il a tout de même laissé savoir qu'il était formé de députés appartenant à tous les partis politiques.

La coordonnatrice de la Coalition pour le droit à l'avortement du Canada, Joyce Arthur, n'est pas surprise du regain récent du mouvement pro-vie. Selon elle, la majorité du caucus conservateur est «ouvertement antichoix» et plusieurs députés font intentionnellement du lobby contre le droit des femmes de choisir.

«C'est un sujet à propos duquel les conservateurs sont complètement déconnectés puisque les Canadiens ne veulent pas revenir à un débat sur l'avortement, a affirmé Mme Arthur. Les gens sont satisfaits du statu quo.»

À voir en vidéo