100 soldats canadiens ont maintenant perdu la vie en Afghanistan

Alors qu’il se trouvait sur la base militaire de Petawawa, Stephen Harper a offert ses condoléances aux familles des trois disparus.
Photo: Agence Reuters Alors qu’il se trouvait sur la base militaire de Petawawa, Stephen Harper a offert ses condoléances aux familles des trois disparus.

Trois soldats canadiens ont péri hier dans un attentat à la bombe à l'ouest de Kandahar, ce qui porte à 100 le nombre de morts de la mission canadienne en Afghanistan.

Les trois militaires circulaient dans un véhicule blindé qui a été touché par une bombe artisanale placée sur une route du district d'Arghandab, dans le sud-ouest du pays, peu après 9h locales. Les trois militaires, qui appartenaient au Régiment royal canadien de Petawawa, sont morts sur le coup. Il s'agit du caporal Mark Robert McLaren (blessé en 2006), du soldat Demetrios Diplaros et de l'adjudant Robert John Wilson.

Le premier ministre Stephen Harper a offert ses condoléances aux familles des trois disparus. «Ils ont mis leur vie au service de leurs concitoyens [...] C'est grâce à eux que nous pourrons célébrer Noël en paix et en sécurité», a-t-il dit, hier, alors qu'il se trouvait sur la base militaire de Petawawa, en Ontario.

«Ce dernier incident nous rappelle malheureusement les dangers bien réels auxquels sont exposés les 2750 membres de nos Forces armées canadiennes déployés actuellement en Afghanistan, a indiqué le chef de l'opposition officielle Stéphane Dion par voie de communiqué. Nous n'oublierons jamais le courage et le sacrifice de ces braves soldats.»

Trois mois s'étaient écoulés depuis la mort du dernier soldat en Afghanistan, survenue le 7 septembre dernier lorsque le sergent Scott Shipway a été tué dans un attentat similaire à celui d'hier, dans le district de Panjwai. Cette relative période d'accalmie était la plus longue depuis que les soldats canadiens ont pour la première fois foulé le sol de Kandahar, en 2006.

Depuis le début de l'année 2008, 14 soldats canadiens ont été tués en Afghanistan par des dispositifs explosifs artisanaux. Il s'agit d'une arme de choix pour les talibans et les insurgés. Leur utilisation a connu une augmentation de 50 % par rapport à l'année dernière, selon les estimations des Forces armées canadiennes.

Le 21 novembre dernier, huit militaires canadiens ont échappé de justesse à un attentat similaire dans ce même district d'Arghandab. Ils avaient été transportés d'urgence, par avion, à l'hôpital de la base militaire de Kandahar après que leur blindé eut été déchiqueté par une bombe.

Les véhicules blindés canadiens ont bien résisté aux attentats dans les premières années du conflit, mais les insurgés ont changé de tactique, en utilisant notamment des engins explosifs plus gros et plus puissants. Le major Jay Janzen, porte-parole des Forces armées, a d'ailleurs confirmé, lors de l'attentat du 21 novembre dernier, que la menace des engins explosifs était «omniprésente» dans la province de Kandahar. «Ces bombes sont partout, et nous avons de l'équipement et des méthodes pour gérer cette menace», a-t-il assuré.

La participation canadienne en Afghanistan remonte à 2002. En ce moment, 2500 soldats sont déployés sur le terrain, dans le cadre d'une mission internationale de l'OTAN à laquelle participent 50 700 militaires. L'envoi prochain de huit hélicoptères de combat Griffon fera passer à 2750 militaires le contingent canadien. Après les États-Unis (33 000 hommes), le Royaume-Uni (7800 hommes) et l'Allemagne (3200 hommes), le Canada deviendra ainsi le quatrième pays en importance dans l'effort de guerre en Afghanistan.

En théorie, la mission de l'OTAN doit se terminer en 2011, mais les progrès sont lents, tandis qu'il y a une escalade de la violence, comme l'a reconnu il y a moins de deux semaines le chef d'état-major des Forces canadiennes, le général Walter Natynczyk. «La sécurité ne s'améliore pas. Depuis un an, il y a plus de violence, plus de meurtres, plus d'enlèvements. Les talibans utilisent des armes plus sophistiquées», a dit le général Natynczyk.

Les autorités afghanes ont également rapporté que les attaques ont augmenté de 40 % cette année par rapport à 2007. Pas moins de 4800 personnes ont trouvé la mort en Afghanistan, civils, militaires et insurgés inclus.

***

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo