Discours à la nation - Dion veut savoir pourquoi il a eu l'air fou

Ottawa — Le chef libéral, Stéphane Dion, a demandé à ce qu'une enquête interne soit menée pour comprendre pourquoi son discours à la nation de mercredi soir a été de si piètre qualité et livré aux médias en retard.

«C'était inacceptable! a lancé le leader libéral hier. Je vais faire une enquête et voir qui est responsable de ce manque de professionnalisme. Je suis fâché. Je suis certainement le plus fâché d'entre tous. Au moins, ceux qui m'ont entendu à la radio ont dit que j'ai été bon.»

L'enregistrement de M. Dion, qui se voulait une réponse à l'adresse à la nation de Stephen Harper et devait entrer en ondes immédiatement après celle-ci, a été complètement ridiculisé. Non seulement l'image était hors champ et de couleur rougeâtre, mais le cadrage était trop serré. Dans la version française, ce cadrage s'est même resserré en cours de route, faisant disparaître le menton du politicien. En outre, son allocution a commencé au beau milieu d'une phrase, sans formule de salutation.

Comme la bande est arrivée en retard, elle a été diffusée près de 25 minutes après celle de M. Harper. Certains réseaux avaient déjà repris leur programmation régulière.

Selon les informations du Devoir, les libéraux n'auraient tout simplement pas visionné la bande une fois l'enregistrement terminé. «On n'a pas eu le temps!», explique une personne participant à la production.

C'est que, selon une autre source libérale, Stéphane Dion aurait pris un temps anormalement long pour rédiger son discours, ne laissant plus assez de temps pour procéder à son enregistrement. Pourtant, c'est vers 11h mercredi matin qu'on a su que Stephen Harper allait s'adresser à la nation le soir, à 19h.

Dans les rangs néodémocrates, on rageait de ce cafouillage hier. Après tout, M. Dion devait être le porte-parole de la coalition et le chef du NPD, Jack Layton, n'avait pas pu obtenir son propre temps d'antenne.

Notons enfin qu'une fois le produit terminé, il n'a pas été apporté au bon endroit. Les libéraux se sont présentés à la Tribune de la presse parlementaire alors que, comme cela est la pratique courante pour le partage de matériel entre réseaux, c'est CBC qui servait de point de chute. Leurs studios se trouvent deux coins de rue plus loin.

À voir en vidéo