Détournement d'uranium : farfelu, selon un expert

Tout en refusant de commenter l'étude de Greenpeace, un porte-parole de la société Énergie atomique du Canada (EACL) a cependant tenu à souligner hier que les réacteurs CANDU 6 étaient certifiés par cinq organismes de régulation dans le monde et respectaient les normes environnementales les plus élevées.

Un consultant en politique de l'énergie à Ottawa a pour sa part qualifié l'étude de Greenpeace de «farfelue». Selon Steve Aplin, un pays qui voudrait fabriquer des armes nucléaires pourrait facilement utiliser un réacteur à eau légère pour parvenir à ses fins. De plus, utiliser un réacteur nucléaire pour produire du plutonium est «très, très inefficace», a-t-il avancé.

M. Alpin a ajouté qu'il est très difficile, voire impossible, pour un État de cacher aux inspecteurs internationaux la fabrication d'armes nucléaires en utilisant des réacteurs.

L'étude de Greenpeace sera publiée au moment même où EACL tente de vendre des réacteurs CANDU 6 à l'étranger. De nouvelles ventes de réacteurs devraient être conclues en Roumanie et en Argentine, alors que la Turquie et le Japon sont de possibles acheteurs. EACL projette également d'accéder à nouveau au marché indien.

À voir en vidéo