Discours du Trône - Duceppe veut des mesures économiques et culturelles

Ottawa — Même si l'économie demeurera au centre des discussions à l'occasion de la session parlementaire qui s'annonce, la controverse entourant les coupures en culture ne devrait pas être balayée sous le tapis, le Bloc québécois entendant remettre la question à l'ordre du jour.

«C'est totalement irresponsable d'abolir des programmes sans en remplacer par d'autres», a réitéré à Ottawa hier le chef bloquiste, Gilles Duceppe. Il avait adressé au premier ministre, Stephen Harper, la veille une longue liste de demandes en vue du discours du Trône la semaine prochaine.

M. Duceppe a tenu à rappeler que son parti, avec ses 49 sièges, avait remporté la majorité des circonscriptions de la province, et que c'était donc à M. Harper de faire preuve d'ouverture en mettant «l'idéologie de côté».

Il a demandé notamment à ce que les conservateurs s'engagent à soutenir les secteurs manufacturier et forestier, qu'ils facilitent l'accès à l'assurance-emploi pour les chômeurs et appliquent les principes de Kyoto.

Quant à la culture, il juge toujours inacceptables les coupures de 45 millions dans les programmes de promotion des arts survenues au printemps, une décision que les conservateurs ont payé cher en votes au Québec, selon plusieurs analystes.

Mercredi, cependant, l'attaché de presse du premier ministre a indiqué que M. Harper avait fait savoir clairement à M. Duceppe son intention de ne pas reculer sur cette question.

«Le premier ministre a indiqué que le gouvernement a pris la décision avant la dernière élection et que la décision va être maintenue», avait indiqué le porte-parole de M. Harper, Dimitri Soudas.

Mais M. Duceppe, qui a fait ses choux gras de cette question tout au long de la campagne cet automne, n'entend pas lâcher le morceau.