Reprise des travaux parlementaires - Les conservateurs éviteront les affrontements avec l'opposition

Ottawa — Le gouvernement conservateur entend esquiver les affrontements avec les partis d'opposition en se concentrant sur l'économie et en évitant les sujets potentiellement houleux lors de la reprise des travaux parlementaires.

À l'issue de la toute première rencontre depuis les élections entre le premier ministre Stephen Harper et le chef libéral démissionnaire, Stéphane Dion, les équipes des deux leaders ont qualifié de «cordiale» la réunion d'une trentaine de minutes qui a eu lieu hier.

L'entourage du premier ministre a indiqué que le gouvernement conservateur ne chercherait pas à s'aventurer sur des terrains conflictuels qui ne sont pas liés à sa priorité, soit l'économie.

Le gouvernement se réservera tout de même le droit de faire de certains projets de loi une question de confiance en Chambre, mais «nous ne chercherons pas la confrontations sur des enjeux jugés secondaires par rapport à celui de l'économie», a confié un proche collaborateur de M. Harper.

Du côté libéral, on maintient que la position énoncée par M. Dion jeudi à la sortie de la réunion de son caucus, selon laquelle son parti votera contre tout projet de loi qui ne le satisfait pas, tient toujours.

Les travaux parlementaires doivent reprendre le 19 novembre avec la lecture du discours du Trône qui fera l'objet du premier vote de confiance.

L'économie demeure un terrain sur lequel les deux hommes politiques semblent pour l'instant s'entendre. Un porte-parole de M. Dion a indiqué que celui-ci était ravi de constater que M. Harper avait repris certaines des idées avancées par le chef libéral durant la campagne électorale, comme une rencontre entre le premier ministre et ses homologues provinciaux sur les façons de juguler la crise financière.

Lors de leur réunion, hier matin, MM. Harper et Dion seraient notamment convenus qu'il faut accélérer l'investissement dans les infrastructures et ne pas augmenter l'impôt des entreprises.

M. Harper a également abordé avec M. Dion la question de l'exportation de l'eau en vrac. Le premier ministre cherche, dit-on dans son entourage, un moyen de l'interdire plus expressément. Le chef libéral, qui avait déjà fait des propositions à ce sujet dans le passé, s'est engagé à faire parvenir des suggestions au premier ministre dans les prochains jours.

Selon un collaborateur de M. Dion, le leader du Parti libéral aurait par ailleurs demandé une fois de plus à M. Harper de rapatrier le jeune Canadien, Omar Khadr, actuellement emprisonné à Guantánamo.

M. Harper doit aussi rencontrer prochainement le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, et le chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton.

***

Avec la collaboration du Devoir