Duceppe rejette toute idée de coalition pour battre Harper

Gilles Duceppe
Photo: Gilles Duceppe

Même s'il traîne Stephen Harper dans la boue jour après jour, le chef bloquiste Gilles Duceppe est parfaitement disposé à collaborer avec un nouveau gouvernement conservateur minoritaire.

En entrevue avec l'animateur Paul Arcand, sur les ondes d'une station de radio montréalaise hier matin, le chef du Bloc a rejeté catégoriquement la possibilité de former une coalition avec les partis d'opposition afin d'isoler les conservateurs.

Le Bloc québécois est plutôt favorable à des «alliances ponctuelles» avec tous les partis, y compris celui de M. Harper, a dit M. Duceppe un peu plus tard en point de presse.

«Nous, on regarde en fonction des intérêts du Québec et, si c'est bon, on appuie», a mentionné le chef du Bloc, qui, la veille, avait qualifié son adversaire conservateur de «menteur», de «tricheur», d'«arrogant» et de «rétrograde» entre autres choses.

«S'il change d'idées et qu'il nous arrive avec une idée qui est bonne, je pense qu'on appuiera, quelle qu'elle soit», a soutenu M. Duceppe, invoquant le pragmatisme politique.

Quant à la possibilité de former une coalition avec l'opposition et de prendre part à la gouvernance à Ottawa, le leader bloquiste n'y croit pas.

«Il est évident pour nous, en fonction même de ce que nous sommes [un parti souverainiste], nous ne ferons que des alliances ponctuelles. C'est cela qui détermine si un projet passe ou pas», a -t-il expliqué.

M. Duceppe croit du reste que les partis d'opposition sont tout à fait en mesure de faire échec aux décisions controversées d'un gouvernement minoritaire.

«Quand vous êtes un gouvernement minoritaire, vous devez obtenir une majorité [en Chambre], vous ne vous en sortez pas», a-t-il fait valoir.