En bref - Le silence imposé

Halifax — Le cabinet du premier ministre Stephen Harper et le Conseil privé ont demandé au Bureau de la sécurité des transports du Canada (BSTC) de déposer après les élections seulement ses rapports sur une demi-douzaine d'incidents, a appris La Presse canadienne. Parmi les rapports d'enquête reportés figure notamment celui sur la disparition de la fille du directeur général du Canadien de Montréal, Laura Gainey, survenue le 8 décembre 2006 en pleine tempête au large des côtes du Massachusetts.

Une porte-parole du BSTC a indiqué que le gouvernement conservateur avait demandé un délai de plus d'un mois en raison de la campagne électorale. La directrice des communications du BSTC, Aarin Masson, a indiqué à La Presse canadienne que l'agence s'était conformée à la demande du cabinet du premier ministre et du Conseil privé «de ne publier aucun rapport» pour le moment. Lors de la dernière campagne électorale fédérale en 2006, huit rapports et communiqués de presse du BSTC avaient été dévoilés. Le professeur d'administration publique Donald Savoie, de l'Université de Moncton, croit que le BSTC aurait dû refuser de se conformer à la demande gouvernementale, car, selon lui, il n'est pas «approprié» pour un ministre de s'immiscer dans les échéanciers des enquêtes en cours. Les conclusions du rapport sur le décès de Laura Gainey devaient être rendues publiques le 23 septembre dernier.