Les critiques fusent

Depuis le début de la campagne électorale fédérale, le Bloc québécois (BQ) montre davantage les dents que les autres partis politiques en lice. C'est en tout cas ce que révèle une analyse de contenu, effectuée par Le Devoir, des communiqués de presse diffusés par les quatre principales formations politiques depuis le déclenchement de la course jusqu'au milieu de la semaine écoulée.

Sur les 56 communiqués de presse diffusés par le BQ, près des deux tiers s'illustrent en effet par leur ton critique et accusateur. Cette approche est mise à profit dans 42 % des communiqués du Parti conservateur (PC), 48 % de ceux du Nouveau Parti démocratique (NPD) et 52 % de l'ensemble des documents diffusés par le Parti libéral du Canada (PLC).

Sans surprise, les partis d'opposition concentrent leurs attaques sur les conservateurs de Stephen Harper, qui se retrouvent massivement dans la ligne de mire des bloquistes — ils sont au coeur de 100 % des communiqués à connotation négative. Le parti au pouvoir a stimulé également 88 % des attaques néo-démocrates et libérales. Et le PC leur rend facilement la monnaie de leur pièce: les trois quarts des communiqués dénonciateurs du parti pointent en effet les libéraux et Stéphane Dion, contre 20 % qui ciblent le Bloc et 10 % le NPD.

Par ailleurs, depuis le 7 septembre dernier, les libéraux sont de loin ceux qui ont lancé le plus grand nombre de communiqués de presse sur la place publique. Leur nombre? 160, contre 71 pour les conservateurs, 56 pour le BQ et 33 pour le NPD. Enfin, notons que l'équipe de Stéphane Dion et celle de Jack Layton se dénigrent avec la même intensité: 13 % et

12 % de leurs attaques respectivement sont en effet dirigées contre l'autre parti.