Un groupe anti-islamiste s'en prend au NPD

Le NPD et sa recrue Samira Laouni, une femme voilée qui se présente dans la circonscription de Bourassa, ont subi le tir nourri de critiques de l'islamisme lors d'une conférence publique organisée hier matin dans un hôtel du centre-ville de Montréal.

«Aujourd'hui, le NPD présente des candidats islamistes», a dit Tarek Fatah, journaliste et auteur de Chasing a Mirage: The Tragic Illusion of an Islamic State, lauréat du Prix de la liberté de la presse décerné par l'Association canadienne des journaux et le Canada National Presse Club. «Pendant qu'à Montréal le parti approuve la candidature d'une personne qui a déjà travaillé pour le Congrès islamique du Canada et qui s'affiche ouvertement contre les droits des couples de même sexe, un autre de ses candidats à Toronto est un militant des droits des gais. Ce qu'il y a de commun entre ces deux bizarres candidats musulmans, c'est leur campagne incessante pour dépeindre le Canada comme une terre hostile à l'Islam et encourager un sentiment victimaire auprès des jeunes musulmans.»

Salim Mansur, professeur de sciences politiques à l'université Western en Ontario, spécialiste du monde musulman, et Raheel Raza, journaliste et réalisatrice, participaient également à l'événement organisé par Point de bascule, un groupe ouvertement anti-islamiste composé de «citoyens et citoyennes qui cherchent à exprimer leur attachement aux droits de la personne et à la liberté d'expression». Plus d'une

centaine de personnes assistaient aux débats.

Les trois conférenciers ont tenu à bien distinguer l'islam de l'islamisme, la religion de l'idéologie politique. Le professeur Mansur a comparé l'islamisme au bolchevisme, dont l'objectif principal était d'éradiquer les régimes démocratiques pour instaurer un régime totalitaire. «Malheureusement, trop de gens ne le comprennent pas en Occident, a-t-il dit. L'objectif des islamistes est d'établir une société parallèle au Québec et au Canada, comme en Europe, une société basée sur les principes de la charia [le code légal musulman], avec par exemple des demandes pour la séparation des sexes ou l'arbitrage légal devant des tribunaux islamiques. Ces objectifs sont débattus quotidiennement dans nos mosquées. Il n'y a aucune excuse pour un parti politique dans notre monde aujourd'hui, celui d'après les événements du 11 septembre 2001, pour ignorer le programme des islamistes. Nous, les musulmans qui connaissent bien ces dangers, devons avertir le Canada que des formations politiques comme le NPD et son leader Jack Layton couchent dans le même lit que les islamistes.»

Samira Laouni se présente contre le libéral Denis Coderre dans la circonscription du nord de l'île de Montréal. Détentrice d'un doctorat en économie, originaire du Maroc, elle a oeuvré au sein du Congrès islamique canadien, qui milite notamment pour la ségrégation homme-femme dans les services de santé. Mme Laouni a été présentée comme «la première candidate voilée du Québec».
4 commentaires
  • Gilles Delisle - Inscrit 3 octobre 2008 08 h 13

    Le Québec est en train de sombrer dans le religieux comme autrefois.

    Quand, on continue de préconiser la ségrégation homme-femme dans les soins de santé, quand on demande des changements de menus dans les caféterias des collèges et des garderies, quand on demande des locaux de prière dans nos institutions publiques partout ou presque, et la semaine dernière, quand à la CSDM, on donne des congés religieux à certains enseignants, pour cause de fêtes religieuses, au détriment des autres enseignants, on s'aperçoit que le Québec d'aujourd'hui est en train de vivre un retour en arrière, au temps des soutanes et des cornettes qui régissaient nos vies. En laissant faire comme il le fait depuis quelques années à ce chapître, et malgré l'inutile Commission des accomodements raisonnables, qui n'a strictement rien réglé, le Québec d'aujourd'hui, avec la connivence d'un gouvernement irresponsable et aplaventrie, s'enfonce dans une noirceur pire que celle qu'il a connue au siècle dernier.Il faut que ce pays devienne laic une fois pour toutes, et ce, dans toutes les sphères d'activité publiques.

  • Roland Berger - Inscrit 3 octobre 2008 09 h 35

    La tolérance de l'intolérance

    Le NPD souhaite se donner une image de tolérance en présentant au Québec une candidate musulmane VOILÉE qui de surcroît a oeuvré au sein du Congrès islamique du Canada. Ce que ce parti qui, à l'instar des autres partis fédéralistes, n'a jamais compris la sensibilité d'un Québec sorti depuis peu de la Grande Noirceur, c'est plutôt donner le feu vert à l'intolérance d'un groupe de néo-Canadiens qui veulent imposer leur culture et leur religion dans leur pays d'adoption. Il faut être bien intello pour poser un tel geste au nom de la bonne conscience. Je voterai vert.
    Roland Berger
    St-Thomas, Ontario

  • Bernard Thompson - Inscrit 3 octobre 2008 15 h 02

    Et la liberté de parole?

    Monsieur Baillargeon,

    j'aurais souhaité que vous indiquiez à vos lecteurs que les conférenciers invités à donner leur point de vue à l'égard de l'Islamisation de l'Occident font tous les trois l'objet d'une fatwa décrétée par des religieux intégristes ne supportant pas 'leur' liberté de parole. Pourtant, ce sont ces mêmes intégristes qui manifestent régulièrement en Grande-Bretagne et utilisent cette liberté de parole qu'on leur accorde pour demander que tout juif soit tué sur le champ. C'est ce que les journaux britanniques rapportaient encore la semaine dernière. Qui plus est, nous apprenions à cette conférence combien les propos de certains imams dans nos mosquées québécoises rapellent étrangement ceux entendus en Grande-Bretagne. C'est ici une raison plus que valable de tenir de telles conférences à Montréal.

    Je salue le courage des intervenants à cette conférence, ce qui témoigne d'un engagement personnel exceptionnel. Prendre la parole pour soutenir les droits des femmes à une véritable égalité homme-femme et appuyer les revendications de nombreux musulmans désirant combatttre l'islamisation de l'Occident tout en reconnaissant les valeurs de tolérance en vigueur au pays est plus que louable.

    Que la liberté de parole s'exprime dans le respect d'un dialogue sain et constructif ne peut sûrement pas nuir. Si je ne m'abuse, c'est là l'essence du site Point de Bascule.

    Que la liberté de parole ne devienne pas un tabou en ce pays.

  • Denyse Fyfe - Abonnée 3 octobre 2008 23 h 11

    Merci de nous alerter!

    Bonjour,

    Enfin, un journaliste se décide à parler...

    Je sais, je sais ce n'est pas vous ; vous ne faites que rapporter ce que le courageux Salim Mansur et son groupe "Point de bascule" dénoncent!

    À quant, M.Desrosiers un vrai dossier ; une vraie enquête sur le sujet?


    Le Devoir va-t-il oser... Cela est moins sûr ; à moins que, vous...