L'affaire du plagiat du discours a fait le tour du monde

Toronto — L'affaire du discours plagié de Stephen Harper a retenu l'attention de bon nombre de médias d'information partout dans le monde, qui en ont fait mention sur leurs sites Internet.

Mardi, un membre de l'entourage du chef conservateur, a reconnu qu'il avait fait prononcer en 2003 à M. Harper, alors chef de l'Opposition officielle, un discours sur la guerre en Irak largement plagié sur celui de l'ancien premier ministre australien John Howard.

Les réseaux ABC, CNN, MSNBC et FOXNews, aux États-Unis, le Melbourne Herald Sun, le Brisbane Times et ABC, en Australie, le International Herald Tribune et l'International Business Times ont tous parlé de cette affaire compromettante pour le premier ministre canadien sortant.

Un site australien a même commis une bourde en titrant que M. Harper avait démissionné à la suite de cette divulgation. C'est plutôt un adjoint de M. Harper, Owen Lippert, qui a annoncé mardi qu'il démissionnait, après avoir assuré que ni ses supérieurs immédiats, ni son grand patron n'étaient au courant du plagiat.

Des sites Internet basés à Taïwan et en Nouvelle-Zélande faisaient aussi mention de l'affaire tôt mercredi.

Au moins un site proposait un lien vers la vidéo du Parti libéral du Canada, comparant les deux versions du discours sur l'Irak.

Un porte-parole de M. Howard a indiqué que l'ancien premier ministre australien ne ferait aucun commentaire sur cet incident.

L'économiste australien John Kunkel, qui a écrit plusieurs des discours de M. Howard entre 2004 et 2007, a soutenu que c'était loin d'être le premier cas de discours politiques plagiés, et a dit croire que l'ancien premier ministre australien avait été surtout amusé par l'incident.