En bref - Les verts et les étudiants

De passage à Antigonish, en Nouvelle-Écosse, la chef du Parti vert, Elizabeth May, a plaidé hier pour une augmentation du soutien financier pour les étudiants de niveau postsecondaire, soulignant que son parti souhaitait alléger la «lourde dette qui accable beaucoup d'entre eux». Son parti propose ainsi de créer un Programme canadien de prêts et de bourses aux étudiants.

De plus, la formation écologiste effacerait la moitié de la dette de ceux et celles qui obtiennent leur diplôme ou certificat. Le Programme mettrait fin à ce que Mme May appelle une double pénalité — les étudiants doivent non seulement payer les frais onéreux des universités, mais ils doivent ensuite payer des intérêts sur l'argent emprunté pour payer ces frais, et ce, «à un moment de leur vie où ils sont particulièrement vulnérables financièrement». Un plan de financement contribuerait en outre à élever le système d'éducation canadien au niveau requis «pour assurer l'innovation et la création d'emplois pour une économie prospère et durable». Par ailleurs, à peine 24 heures après sa triomphale inclusion aux débats télévisés des chefs, une exubérante Elizabeth May a affirmé hier que la démocratie «se porte à merveille au Canada». Lors d'une entrevue accordée à la chaîne de nouvelles continues Newsworld, de la CBC, la leader des verts a qualifié la controverse entourant son exclusion initiale — et le soulèvement populaire qui a suivi — de «véritable tonique pour la démocratie».

À voir en vidéo