Au Québec, Layton prend Harper pour cible

Le parti de Jack Layton n’a jamais investi autant d’argent au Québec en publicité qu’il ne le fera cette année.
Photo: Agence Reuters Le parti de Jack Layton n’a jamais investi autant d’argent au Québec en publicité qu’il ne le fera cette année.

Il n'y a pas que le Bloc québécois qui frappe fort sur le Parti conservateur en ce début de campagne électorale. Le NPD lance aujourd'hui au Québec une publicité télévisée agressive qui compare Stephen Harper à George W. Bush. Et le parti de Jack Layton entend dépenser une rondelette somme au Québec pour que les électeurs voient ces publicités. D'ici à la fin de la campagne, le NPD investira près d'un million de dollars dans sa campagne publicitaire à la télévision, seulement dans la province.

«C'est la plus grosse dépense publicitaire de notre histoire au Québec», affirme au Devoir Éric Hébert, le directeur de la campagne du NPD dans la province. Le parti lancera trois annonces télévisées distinctes au cours de la campagne. La première sera en ondes dès aujourd'hui.

Lundi, ce sera au tour de plusieurs stations de métro de Montréal de s'afficher aux couleurs orange du NPD. Le parti a de grands espoirs dans la métropole, où le terrain est plus fertile pour la gauche.

La campagne a été créée par l'agence montréalaise Amen. La première publicité télévisée attaque durement le Parti conservateur. «C'est notre principal adversaire», dit Marc-André Viau, le directeur des communications du NPD au Québec. «On parle de la droite et de ce que les gens nous disent sur Harper. On parle de la différence entre notre vision et celle des conservateurs.»

La publicité se déroule en noir et blanc. On voit les visages de Harper et de Bush côte à côte. La voix dit: «Un vote pour le Parti conservateur, c'est voter pour une pensée étroite, pour des coupures dans la culture. C'est voter contre Kyoto. C'est un vote pro-guerre qui nous rend esclaves des pétrolières.» Les images montrent des chars d'assaut, des usines qui polluent et des gens menottés. Des phrases défilent, et on peut par exemple lire «contre les mariages gais».

Puis, l'image reprend des couleurs, et Jack Layton apparaît. «Un seul geste, et tout ça peut s'arrêter», dit-il en regardant droit vers la caméra. Le slogan: «Le pouvoir de changer.»

Invité à commenter le fait que cette publicité n'allait pas modifier le ton négatif de la campagne jusqu'à présent, Éric Hébert se défend de faire des attaques personnelles. «Il y a une différence entre notre publicité et des attaques personnelles comme celles des conservateurs contre Stéphane Dion. Nous, on parle seulement des enjeux, des questions de principes.»

À voir en vidéo