Le chef libéral réaffirme sa volonté d'augmenter l'aide aux familles

Le chef libéral Stéphane Dion a répliqué hier aux publicités conservatrices qui le dépeignent comme l'ennemi des Canadiens ordinaires en réitérant sa promesse d'augmenter de 350 $ par an la prestation canadienne pour enfants et d'accorder 1225 $ supplémentaires par an aux familles les plus pauvres.

La promesse de M. Dion fait partie du Tournant vert, cette vaste stratégie de lutte contre les changements climatiques dévoilée par les libéraux au printemps qui prévoit l'imposition d'une taxe sur les émissions de gaz à effet de serre, combinée à des allégements fiscaux.

En la répétant maintenant, les libéraux espèrent freiner l'élan des conservateurs, qui se présentent depuis le début de la campagne électorale comme le parti de la famille et de la classe moyenne.

La déclaration de M. Dion constitue un démenti formel aux nouvelles publicités dévoilées hier matin par les conservateurs et qui clament que les libéraux élimineront la prestation fiscale pour enfants. Cette prestation imposable créée par le gouvernement Harper est de 100 $ par enfant par mois, soit 1200 $ par année.

Depuis le début de la campagne, M. Dion fait beaucoup d'efforts pour redorer son image en réponse à la caricature présentée par les conservateurs depuis 18 mois.

«Les Canadiens doivent savoir que je ne suis pas un homme riche. Nous avons des discussions comme tout le monde sur le paiement des factures à la fin du mois», a-t-il expliqué, alors que son épouse Janine Krieber se tenait à ses côtés, dans un local électoral de la circonscription de Notre-Dame-de-Grâce-Lachine.

M. Dion dit vouloir mettre fin au règne du laisser-faire et au «chacun pour soi» instauré par les conservateurs.

En plus de s'engager à aider les familles, le chef libéral a répété qu'il ressusciterait le Programme de contestation judiciaires (PCJ) qui soutenait les luttes constitutionnelles des groupes minoritaires devant les tribunaux.

Les conservateurs ont coupé les vivres à ce programme de trois millions de dollars il y a deux ans. Une version édulcorée, réservée aux minorités linguistiques, a été annoncée au début de l'été, mais n'a pas encore été testée. Cela est insuffisant aux yeux de M. Dion qui accuse les conservateurs de détruire «le tissu social» du Canada.

M. Dion a quitté la région de Montréal hier matin, pour aller faire campagne en Ontario.

À voir en vidéo