Élections fédérales - Bernard Lord ne sera pas candidat

Bernard Lord a mis fin hier aux rumeurs insistantes voulant qu’il se présente comme candidat dans Moncton dès cet automne. Une source conservatrice a toutefois mentionné que ce ne pourrait être que partie remise.
Photo: Agence Reuters Bernard Lord a mis fin hier aux rumeurs insistantes voulant qu’il se présente comme candidat dans Moncton dès cet automne. Une source conservatrice a toutefois mentionné que ce ne pourrait être que partie remise.

Ottawa — L'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick et figure de proue du Parti conservateur, Bernard Lord, affirme qu'il fera activement campagne pour les troupes de Stephen Harper lors de la campagne électorale qui prendra son envol cet automne.

Par contre, lors d'une entrevue avec Le Devoir hier, il a mis fin aux rumeurs insistantes voulant qu'il se présente comme candidat dans Moncton dès cet automne.

La possibilité que Bernard Lord fasse le saut dans l'arène politique fédérale est le grand sujet de discussion politique au Nouveau-Brunswick depuis quelques jours. «Tout le monde en parle en ville. C'est le sujet de l'heure», a soutenu au Devoir Brian Murphy, député libéral fédéral de Moncton-Riverview-Dieppe. Ce dernier aurait eu Bernard Lord comme adversaire s'il avait fait le saut.

M. Lord achève la construction d'une nouvelle maison dans ce secteur et y déménage sa famille, ce qui a contribué à alimenter les conjectures. Ses enfants viennent également de s'inscrire à l'école dans la région de Moncton. De plus, les conservateurs n'ont toujours pas officiellement désigné leur candidat dans ce comté.

Mais le principal intéressé a mis fin au suspense hier. «Je ne serai pas candidat s'il y a des élections cet automne», a-t-il dit au Devoir. «On va avoir un bon candidat conservateur dans Moncton-Riverview-Dieppe et je suis confiant qu'il va se faire élire.»

Bernard Lord ne restera toutefois pas les bras croisés. Il a bien l'intention d'être actif durant la prochaine campagne, y compris sur la scène nationale et dans d'autres provinces si le besoin s'en fait sentir. «Je vais donner un coup de main avec les candidats qui me le demandent. Je serai là pour faire campagne», dit-il, lui qui est maintenant associé à la firme d'avocats McCarthy-Tétrault.

Une source conservatrice qui le connaît bien mentionne que Bernard Lord est loin d'avoir mis une croix sur la politique active, mais que les élections de cet automne arrivent trop rapidement. «Il va faire le saut en politique fédérale, c'est certain. Mais je pense qu'il va passer son tour cette fois. Il va passer un peu de temps avec sa famille et faire de l'argent dans le privé avant de revenir. Si les élections avaient eu lieu en octobre 2009, il aurait peut-être plongé», affirme cette source bien branchée.

À voir en vidéo