Caisse obscure pour Manley

Le vice-premier ministre, John Manley, n'a pas cru bon hier de rappeler à l'ordre les organisateurs de sa future campagne au leadership qui ont suggéré à de généreux donateurs de contourner les lois fiscales.

M. Manley s'est retrouvé dans la mire de l'opposition après que le National Post eut rendu publique une lettre du 28 septembre signée par David Gavsie, un avocat de chez Ogilvy Renaud, invitant un donateur à verser 25 000 $ dans le fonds en fiducie «The Friends of John Manley». La lettre mentionne que ces dons «ne sont pas déductibles d'impôt comme tout autre don politique normal parce qu'ils ne sont pas faits à un parti politique. Par contre, certaines entreprises peuvent, à leurs propres risques, décider de déduire ces contributions à titre de dépenses corporatives».


Le ministre, qui dit n'avoir vu cette lettre que mercredi, s'en est dissocié, mais à aucun moment n'a-t-il lancé le mot d'ordre à ses militants de ne plus répéter l'expérience.


«Je trouve que ce n'est pas acceptable. On ne peut pas donner de conseils sur les impôts de toute façon. Je n'accepte pas l'idée, je n'accepte pas la lettre. Personne chez moi, dans mon équipe, dans mon ministère, n'a vu cette lettre.»


M. Manley s'est jusqu'à présent identifié comme le candidat «net» de cette campagne larvée au leadership du Parti libéral. Même si les règles sur le financement électoral ne l'en obligent pas, M. Manley a toujours dit qu'il dévoilerait le nom des gens ayant contribué à sa campagne au leadership si jamais il y prend part. Il a été impossible de savoir hier combien d'argent jusqu'à présent avait été amassé par l'équipe Manley.