Charest d'urgence en France pour le 400e

La gouverneure générale, Michaëlle Jean, s’adressant aux journalistes à sa sortie de l’hôtel Matignon, où elle s’est entretenue avec le premier ministre français, François Fillon.
Photo: Agence France-Presse (photo) La gouverneure générale, Michaëlle Jean, s’adressant aux journalistes à sa sortie de l’hôtel Matignon, où elle s’est entretenue avec le premier ministre français, François Fillon.

Alors que la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, a été accueillie hier en France comme la «presque reine» du 400e de Québec, Jean Charest annoncera aujourd'hui qu'il se rendra du 16 au 19 mai dans l'Hexagone afin de participer à un événement soulignant l'anniversaire de la capitale.

Celui-ci aura lieu à Bordeaux, le samedi 17 mai. En compagnie du maire Alain Juppé, qui l'a invité, M. Charest assistera aux festivités entourant le départ pour Québec du trois-mats Le Belem, qui y sera en escale après avoir pris la mer à La Rochelle, le 8 mai; un appareillage auquel Michaëlle Jean assistera.

Le lundi 19, le premier ministre prononcera un discours à la Chambre de commerce et d'industrie de Paris. Il y présentera le concept de «nouvel espace économique», lequel comprend un accord de reconnaissance réciproque des acquis et des compétences entre la France et le Québec. Il sera de retour au Québec le lendemain. Le vendredi aura été consacré à des «activités privées», a fait savoir son cabinet, mais aucune rencontre avec des autorités politiques n'était prévue hier. Dans l'entourage du premier ministre, on souligne que M. Charest, dans les 12 derniers mois, a déjà rencontré trois fois le président Sarkozy et deux fois le premier ministre François Fillon.

«Il n'y a pas juste nous autres sur la planète», a-t-on argué.

Le cabinet du premier ministre aurait voulu annoncer le voyage hier — moment de l'arrivée de Michaëlle Jean en France —, mais «certaines choses» restaient à être confirmées. Malgré tout, ce déplacement en France était «prévu depuis plusieurs semaines», a soutenu Hugo D'Amour, attaché de presse du premier ministre. «L'invitation [de l'ex-premier ministre français Alain Juppé] était lancée depuis longtemps.» La conférence de M. Charest devait être annoncée hier sur le site Internet de la Chambre de commerce. «Il faut vendre les billets», a-t-on dit dans l'entourage de M. Charest. Mais au moment d'écrire ces lignes, il n'y avait sur ce site aucune publicité de l'allocution du premier ministre québécois.

Tapis rouge pour la «presque reine»

Quant à Michaëlle Jean, dès son arrivée en France, elle a tenu à placer sa visite officielle de cinq jours sous le signe du 400e anniversaire de la ville de Québec. Sa visite représente, dit-elle, «le coup d'envoi» des festivités marquant 400 ans de présence française en Amérique.

«C'est avec une joie immense que je me retrouve ici en France dans ce moment très particulier où nous célébrons, le Canada et la France, la permanence du fait français aux Amériques et en particulier au Canada», a-t-elle déclaré à sa sortie de l'hôtel de Matignon.

Il y a au moins vingt ans que, dans la Ville lumière, un gouverneur général du Canada n'avait pas eu droit à une telle réception, et encore. Paris a mis les petits plats dans les grands pour accueillir Mme Jean et son mari, Jean-Daniel Lafond.

Dans l'après-midi, la représentante de la reine au Canada a été reçue par le premier ministre François Fillon pendant près d'une heure, soit le même laps de temps que celui qu'avait accordé le premier ministre français à Jean Charest lors de sa dernière visite à Paris en janvier. Alors que la garde républicaine était au garde à vous, la chef d'État a été accueillie au bas des marches de l'hôtel de Matignon, signe d'une attention toute particulière.

Mais c'est aujourd'hui que la gouverneure générale recevra tous les honneurs. Michaëlle Jean doit en effet être reçue par le président Nicolas Sarkozy à l'Élysée. L'ancienne lectrice de nouvelles de Radio-Canada fera aussi la tournée de tout ce que Paris compte de personnalités officielles, du maire Bertrand Delanoë aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat.

Ce soir, lors d'une réception à l'ambassade du Canada, la gouverneure générale remettra l'Ordre du Canada au journaliste Bernard Pivot. L'ancien animateur des émissions Apostrophe et Bouillon de culture avait reçu l'Ordre du Québec en 2001 des mains de l'ancien premier ministre Bernard Landry. Jugeant ces décorations peu indiquées pour un journaliste, il avait alors affirmé avoir fait une entorse à ses principes.

Celle que le quotidien Le Monde surnomme la «presque reine du Canada» déclare dans la dernière livraison du magazine Le Monde 2 qu'elle caresse ni plus ni moins que l'ambition de «faire du Canada une authentique nation». Dans le même article, elle annonce son intention de demander au président Sarkozy de regarder «au-delà du Québec». La gouverneure veut notamment amener la France à se préoccuper «de l'ensemble des communautés francophones à travers le Canada», a-t-elle déclaré hier.

Signe d'un accueil exceptionnel, demain, le président de la République et la gouverneure générale assisteront ensemble aux cérémonies du 63e anniversaire de la victoire des Alliés en 1945. Ils se rendront ensuite au cimetière militaire de Beny-sur-Mer (Calvados) afin de rendre hommage aux soldats canadiens qui y sont inhumés. La rumeur a même couru que Nicolas Sarkozy songeait à se rendre à La Rochelle jeudi prochain. Mais elle a été démentie par le quotidien Sud-Ouest, publié à Bordeaux.
33 commentaires
  • Laurent Viau - Inscrit 7 mai 2008 04 h 29

    Improvisation d'un ti-coune

    Encore une fois je suis éberlué de voir à quel point ce gouvernement a les intérêts du Québec à coeur, à quel point les fêtes du 400e sont une grandes réussites et de constater cette belle harmonie entre Québec et Ottawa!

    Franchement, après ces derniers mois de merde pour la diplomatie québécoise, en voilà encore une autre. Un Premier Ministre qui se fait presser de doubler la reine, alors qu'elle serre les mains en France et se met à faire de la politique en parlant vouloir de bâtir une véritable nation canadienne, etc. Évidemment pour un Jean Charest, l'affaire n'est pas si grosse, évidemment le Canada devrait prendre toute la place, il a rêvé d'en être le chef... à défaut de mieux on se rabat sur ce qu'on peut, mais ce n'est pas vrai qu'on change d'idée comme on change de chapeau. J'imagine qu'alors il a du recevoir quelques coup de fils, un peu de pression, voir une couverture médiatique qu'il n'avait jamais eu avec la France et hop, on s'organise vite fait une petite visite surprise dans les ornières de cette vice-reine qui se prend pour une vrai.

    Voilà, j'en suis stupéfait encore une fois de nous voir redevenir les provinciaux cocus que nous avons toujours été, de voir l'improvisation d'un ti-coune essayant de grapiller le peu d'attention qu'il peut.

    Bon j'arrête ici, ça ne sert à rien

  • Nathaly Isabelle - Abonnée 7 mai 2008 05 h 54

    France: note salut sur la scène internationale

    Le Québec aurait tort de ne pas se préoccuper de ses affaires en France. Si les Québécois aspirent un jour à se défaire de leur peur maladive face à l'indépendance, la première reconnaissance officielle de leur liberté viendra de la France, geste qui aura des répercussions sur d'autres nations.
    Quel que soit le gouvernement à Ottawa, il faut absolument maintenir des liens privilégiés avec nos cousins Français. En ce sens, force est d'admettre, que le travail effectué par Jean Charest pour signer diverses ententes de réciprocité au plan du marché du travail va dans la bonne direction. Mais il faut encore en faire plus. La méfiance d'Ottawa - au demeurant légitime compte tenu de sa position de gouvernement dominateur face à la nation québécoise - à l'égard de nos liens avec l'Hexagone n'aura de cesse de miner les relations franco-québécoises avec ou sans Michaëlle Jean.

    André Magny
    Gatineau

  • Michel Lauzon - Inscrit 7 mai 2008 07 h 04

    La presque reine du Canada :)

    On devrais imprimer la reine sur nos dollars !

    La Reine du Canada née à Haïti étais actrice à Radio Canada a obtenu toute une promotion, elle joue désormais avec les plus grands acteurs :).

    Charest s'efface du 400 ième, Harper se pointe bizarrement souvent à Québec, la France nous fait mauvaise presse. Charest et Harper coupent leurs contributions aux festivités du 400e en France à la dernière seconde et en même temps...

    Ça sens la manipulation de masse, non ?

    J'ai l'impression qu'ils cherchent à effacer le mot France de notre mémoire pour le remplacer par Canada comme si c'étais nécessaire dans l'agenda secret de Harper pour faciliter la digestion du Canada dans l'estomac américain.

    Harper est en train de donner notre souveraineté en signant des documents pour le Partenariat sur la Sécurité et la Prospérité (PSP) sans oser nous les montrer. Il étais en Louisianne, loin des regards, avec Bush et le PM du Mexique au momemnt même ou les agitateurs foutaient le feu dans les chars de police en sortant du hockey hyper-médiatisé.

    Qui décide de ce que sera le PSP ? Manley et Desmarais de Power Corp, l'ami de Sarkozy, celui qui fera beaucoup d'argent avec la prochaine guerre.

    L'agenda : le North American Union. Fini le Canada, le NAU aura un seul gouvernement, une seule armée-police, une seule monnaie.

    Les nouveaux logos de l'armée américaine montrent déjà le NAU sans frontière aucune, une seule couleur pour les 3 pays.

    Le seul parti politique qui dénonce le PSP, le NAU et le faux terrorisme (pour justifier le "S" du PSP) est le Parti de l'Action Canadienne (PAC).

    Le PAC dénonce aussi la politique monétaire du Canada autant que celle des USA; on peut imprimer de l'argent sans emprunter de l'argent.

    Le Bloc parle de "surplus budgétaire" ? Ou ça ? Le Canada n'a aucun surplus puisqu'il ne paie même pas l'intérêt de sa dette qui ne cesse de croître. Merci de ton mensonge Duceppe.

    Les mega banquiers qui empochent ces intérêts sont les mêmes familles qui ont créé toutes les guerres. Ils sont sionistes et appliquent les Protocoles de Sion partout.

    Nous sommes en guerre pour barrer la Chine de la prochaine guerre en Iran qui lui vends de l'énergie.

  • Gilles Bousquet - Inscrit 7 mai 2008 07 h 07

    Préoccupée pour la langue française dans le ROC ?

    Il est écrit plus haut : «La gouverneure veut notamment amener la France à se préoccuper «de l'ensemble des communautés francophones à travers le Canada», a-t-elle déclaré hier.»

    Le mot préoccuper est particulièrement bien choisi ici par Mme Jean si on considère l'état de la langue française du Canada, hors-Québec. Notre dictionnaire décrit ce mot : Qui est en proie à une vive inquiétude; soucieux.

    Si Mme Jean est soucieuse de l'état du français dans le ROC, pourquoi ne pas demander à notre gouvernement fédéral d'aider ces communautés en danger parce que, grandement assimilées. Ce serait davantage au Canada à aider qu'à la France...me semble.

  • Yvon - Inscrit 7 mai 2008 07 h 38

    Métaphore.

    Belem (la maison du pain) ou aussi là où est né le Christ, Bethléem (en arabe bayt lahm, la maison de la viande). Pas mal pour la francophonie que ce soit avec des mots portugais/arabe. Une belle métaphore pour le métissage joyeux de la planète.