Entretien de sous-marins: une décision controversée d'Ottawa

Ottawa — Un consortium de Colombie-Britannique a décroché le contrat d'entretien de quatre sous-marins de classe Victoria, d'une valeur de 1,5 milliard, à la suite d'une décision controversée à laquelle le premier ministre Harper lui-même aurait participé, selon des sources proches de la défense.

Il y a un an, le gouvernement conservateur avait accordé, de manière informelle, la première phase du contrat de 15 ans à la société Canadian Submarine Management Group (CSMG). Mais la conclusion d'une entente écrite et signée avait été suspendue après qu'un groupe comprenant Les Chantiers maritimes Irving, une entreprise rivale des provinces maritimes, eut intenté une poursuite alléguant qu'une des firmes du consortium gagnant avait contribué à la rédaction du cahier des charges du futur contrat.

Délais inacceptables

L'automne dernier, la rumeur voulait que le contrat fasse l'objet d'un nouvel appel d'offres, mais la marine a prévenu le ministre de la Défense, Peter MacKay, et le Bureau du Conseil privé qu'une telle décision engendrerait des délais inacceptables dans le programme de sous-marins, déjà de plusieurs années en retard. Cela exigerait «trois ans», a dit une source haut placée à la Défense. «Nous ne pouvons pas nous le permettre.»

Le problème a remonté la voie hiérarchique, à l'automne, jusqu'au point où le premier ministre Stephen Harper lui-même s'est impliqué — et il a finalement donné le feu vert à la reprise des négociations avec le consortium, selon une deuxième source à la Défense.

Il n'y aura pas de nouvel appel d'offres, a déclaré un haut fonctionnaire fédéral.