Une cellule ontarienne d’al-Qaïda démantelée

Toronto — Le ministre de la Sécurité publique de l’Ontario a révélé hier que les membres d’une cellule dormante de l’organisation terroriste al-Qaïda avaient récemment été repérés et expulsés de la province.

«Une cellule d’une organisation terroriste a effectivement été fermée par la police et des fonctionnaires», qui l’ont chassée de l’Ontario, a affirmé le ministre Bob Runciman, en arrivant à une réunion du cabinet du premier ministre, Ernie Eves.

Sans être plus précis, le ministre a indiqué que l’expulsion était survenue ces derniers mois: «Il s’agissait de terroristes étrangers; ils ont fini par fermer boutique et quitter l’Ontario.»

Il a par la suite ajouté que ces personnes ne se trouvaient plus au Canada et précisé avoir été informé seulement mardi de cette affaire.

De son côté, la GRC renvoyait les journalistes à la police ontarienne, dont un porte-parole n’a ni confirmé ni infirmé les informations.

À Queen’s Park, le chef de l’opposition, Dalton McGuinty, a demandé pourquoi ces suspects n’avaient pas été arrêtés.

Le ministre a répondu que «ces individus étaient sous surveillance. Avant qu’ils violent la loi ou se préparent à la violer, ils restent aussi libres que vous et moi... Mais ils ont été persuadés de ne pas poursuivre leurs activités dans notre province».

Le ministre Runciman a aussi indiqué qu’il s’agissait d’une «cellule dormante».

«Il suffisait de guetter tous leurs faits et gestes. Leur présence était connue grâce au bon travail de la police et des services de renseignement.»

L’organisation terroriste al-Qaïda a revendiqué les attentats du 11 septembre et, partout dans le monde, des suspects ont été arrêtés et diverses mesures ont été prises. En Ontario, entre autres, des critères plus stricts régissent l’obtention d’un certificat de naissance.

L’annonce faite en Ontario survient au lendemain d’un avertissement du FBI, la police fédérale américaine, fait aux autorités de la ville de New York et faisant état d’informations non corroborées relativement à des menaces d’attentat.

Hier, à 5h du matin, le pont de Brooklyn a été fermé un bref moment, pendant que des policiers vérifiaient un colis suspect.