Harper annonce la tenue d'élections partielles le 17 mars

Candidats défaits lors de la campagne au leadership du Parti libéral du Canada, Martha Hall Findlay et Bob Rae devraient pouvoir faire leur entrée au parlement fédéral le printemps prochain. Les deux seront candidats lors des élections partielles q
Photo: Agence Reuters Candidats défaits lors de la campagne au leadership du Parti libéral du Canada, Martha Hall Findlay et Bob Rae devraient pouvoir faire leur entrée au parlement fédéral le printemps prochain. Les deux seront candidats lors des élections partielles q

Ottawa — Le premier ministre Stephen Harper ne pouvait plus attendre encore bien longtemps: il a annoncé hier la tenue de quatre élections partielles pour le 17 mars prochain. Ce scrutin permettra vraisemblablement aux candidats défaits au leadership libéral Bob Rae et Martha Hall Findlay de faire leur entrée à la Chambre des communes et de revigorer l'équipe de Stéphane Dion.

Lorsqu'il avait convoqué cet été les trois élections partielles québécoises, M. Harper s'était bien gardé de déclencher aussi les deux ontariennes, que le Parti libéral était à peu près certain de remporter. Il s'agit de Toronto Centre et de Willowdale, où les anciens candidats à la chefferie Bob Rae et Martha Hall Findlay tenteront de remplacer les ex-ministres Bill Graham et Jim Peterson. M. Harper avait jusqu'au 2 janvier pour annoncer la date de l'élection partielle dans Toronto Centre.

Bob Rae est content que ces élections soient enfin annoncées. «Ça arrive très tard et il y a encore un délai de six semaines [puisqu'une campagne dure officiellement cinq semaines]. La campagne durera dans les faits trois mois», dit-il en entrevue avec Le Devoir. Selon lui, ces élections partielles donneront un élan au parti. «Ça va aider. On a l'occasion de gagner des sièges.» Cela fera sûrement oublier les trois défaites subies au Québec en septembre, dont celle, crève-coeur, dans Outremont.

Les deux autres élections se dérouleront à Vancouver (pour remplacer l'ex-ministre libéral Stephen Owen) et en Saskatchewan, dans une immense circonscription qui englobe tout le nord de la province. Cette dernière est la seule parmi les quatre que les libéraux ont remportée de justesse. Le candidat conservateur avait obtenu à peine 67 voix de moins que le libéral Gary Merasty.

Dans Toronto Centre, Bob Rae fera face au néo-démocrate El Farouk Khaki et au conservateur Don Meredith, un pasteur baptiste aux vues sociales traditionalistes et très engagé dans la lutte torontoise contre les armes à feu.

Dans un discours retrouvé sur Internet, M. Meredith explique à quel point les parents doivent «enseigner à [leurs] jeunes filles comment devenir des dames et enseigner à [leurs] jeunes garçons comment devenir des hommes». «Les mères qui ont ces jeunes filles à la maison doivent leur enseigner qu'elles n'ont pas besoin de coucher avec plusieurs partenaires», rappelant que cela mène à des grossesses non désirées. Il ajoute que «nous devons revenir à la base. Nous devons revenir aux mariages. Parce que, lorsque nous avons des mariages, nous n'avons pas ces problèmes sociaux».

M. Meredith est candidat depuis peu. C'est Mark Warner qui devait au départ défendre les couleurs conservatrices, mais ses prises de position plutôt progressistes ont indisposé le parti, qui l'a écarté. M. Warner songe à se joindre à la campagne de M. Rae. Il se donne jusqu'au 7 janvier pour se décider, mais il a déjà assisté à une activité de financement de ce dernier. «Je ne peux pas appuyer le Parti conservateur dans le comté», assure-t-il, en français, en entrevue avec Le Devoir.

Dans la circonscription saskatchewanaise, le candidat conservateur est Rob Clarke. Le NPD et le Parti libéral n'ont pas encore choisi le leur. La bisbille règne chez les libéraux parce que le chef Stéphane Dion voudrait présenter Joan Beatty, une députée provinciale néo-démocrate, alors qu'un de ses organisateurs, David Orchard, voudrait s'y présenter lui-même. M. Orchard, un agriculteur très populaire, a à deux reprises brigué la chefferie du Parti progressiste-conservateur. Il a quitté le navire quand le nouveau chef Peter MacKay, à qui il s'était rallié moyennant la promesse que le parti ne fusionnerait jamais avec l'Alliance canadienne, a justement entrepris des démarches de fusion avec Stephen Harper.

Quant à Martha Hall Findlay, elle fera face à la conservatrice Maureen Harquail et à la néo-démocrate Rini Ghosh. Dans Vancouver Quadra, la libérale Joyce Murray affrontera la conservatrice Deborah Meredith et la néo-démocrate Rebecca Coad.