Censure à la Défense: le PLC réclame une enquête

Ottawa — Les libéraux demandent au Commissaire à l'information d'enquêter sur le ministère de la Défense, qui refuse au nom de la sécurité nationale de dévoiler de l'information sur les prisonniers qu'ont faits les troupes canadiennes en Afghanistan.

Le député montréalais Denis Coderre, qui est le porte-parole du Parti libéral en matière de défense, a écrit hier au commissaire Robert Marleau ainsi qu'au ministre Gordon O'Connor pour leur demander de vérifier les allégations du quotidien torontois The Globe and Mail.

Lundi, ce journal affirmait que ses demandes d'information sur la mission militaire en Asie centrale étaient systématiquement bloquées depuis le mois de mars sur l'ordre du chef d'état-major Rick Hillier.

L'obtention d'informations sur le nombre de prisonniers qu'ont faits les troupes, leur état de santé et leur transfert d'une prison à l'autre serait devenue presque impossible, en vertu de la nouvelle politique adoptée en pleine controverse sur le traitement des prisonniers.

Le général Hillier craindrait que la diffusion de tels détails mette en danger la vie de soldats canadiens à l'étranger.

Cet argument ne convainc cependant ni les partis d'opposition, ni les groupes de défense des droits de la personne. D'après M. Coderre, les conservateurs tentent simplement de camoufler leur incompétence, au détriment de l'intérêt public.

«Ils n'ont absolument aucune raison d'agir de cette façon-là. Je ne vois pas pourquoi il faudrait nous cacher des choses, alors que d'autres pays de l'OTAN, dont les États-Unis, nous les fournissent», a-t-il souligné en entrevue à la Presse canadienne.