Afghanistan - Les familles des six soldats canadiens tués dimanche rendent hommage à leurs disparus

Base de Gagetown, N.-B. — Les familles de trois des six militaires fauchés par l'explosion d'une bombe en Afghanistan, dimanche, leur ont rendu hommage hier, en soulignant leur dévouement à la mission de l'OTAN.

Dans des déclarations distinctes de trois des familles, le caporal Chris Stannix, le sergent Donald Lucas et le soldat David Greenslade ont tour à tour été décrits comme des hommes braves, courageux et patriotiques qui étaient convaincus de contribuer à changer les choses en Afghanistan.

Ces familles ont toutes réclamé de pouvoir pleurer leurs proches dans l'intimité et le respect de leur vie privée.

La famille du sergent Lucas a affirmé que celui-ci, qui vivait à Burton, au Nouveau-Brunswick, était «un excellent leader, très fier des soldats sous son commandement», et qu'il avait foi dans la mission afghane. Âgé de 31 ans, il chérissait sa famille — il avait deux enfants — et adorait le plein air.

Le caporal Chris Stannix, 24 ans et fiancé, s'était enrôlé en 2000 comme soldat d'infanterie dans le Princess Louise Fusiliers, réserve de l'armée de terre à Halifax. La mission en Afghanistan, pour laquelle il s'était porté volontaire, était son premier déploiement avec les Forces armées. «Chris aimait sa famille, il aimait le Canada, les Forces armées canadiennes et les Fusiliers», a fait savoir sa famille dans un communiqué.

David Greenslade était conscient des dangers en Afghanistan, mais il y faisait face «avec bravoure et courage», ont souligné ses proches, qui se sont dits «très fiers de lui». Le soldat, âgé de 20 ans, était originaire de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Les autres militaires tués sont le soldat Kevin Kennedy, 20 ans, de St. Lawrence, Terre-Neuve-et-Labrador, et le caporal Aaron E. Williams, 23 ans, de Lincoln au Nouveau-Brunswick. Le ministère de la Défense a confirmé hier que la sixième victime était le caporal Brent Poland. Selon le réseau CTV, il était âgé de 37 ans et originaire de Sarnia, en Ontario. Son identité n'avait d'abord pas été dévoilée, à la demande de sa famille.

Détermination intacte

Le colonel Ryan Jestin, commandant de la base des Forces armées canadiennes de Gagetown au Nouveau-Brunswick, d'où provenaient les six militaires, a affirmé que la mort de six soldats canadiens peinait grandement la collectivité, mais qu'elle n'entamerait pas la détermination des troupes en Afghanistan.

Dix soldats étaient à bord d'un véhicule blindé LAV-3, accompagnant des convois de la coalition, quand la bombe a explosé. La déflagration a blessé deux autres Canadiens, dont un grièvement. Les hommes effectuaient leur toute dernière mission d'escorte de convois dans les étendues

désertiques près de la province de Helmand.

Le lieutenant-colonel Rob Walker, commandant du groupement tactique du Royal Canadian Regiment, a indiqué que les soldats devaient rentrer à la base de Kandahar pour une période de repos, après avoir passé six semaines sur le terrain.

À voir en vidéo