Revue de presse - Boeing, télévision, salaire minimum et fumeurs

Quand le Québec s'inquiète des retombées du contrat d'achat des avions C-17 de Boeing, l'Ouest est aux abois. Pas question de se faire refaire le coup de l'entretien des CF-18, il y a 20 ans, lorsque Canadair avait obtenu le contrat malgré une offre plus intéressante de la société Bristol, à Winnipeg, insistent plusieurs quotidiens. Mais au-delà du partage des avantages, le contrat lui-même et la philosophie économique qu'il laisse transparaître irritent Andrew Coyne, du National Post.

Selon Coyne, ce dossier a tous les ingrédients pour en faire un gâchis, comme cela est arrivé trop souvent par le passé. Alors que les attentes des militaires étaient claires, on a trouvé le moyen de les modifier pour exclure le seul concurrent de Boeing. En accordant le contrat à cette dernière entreprise au prix de 3,4 milliards, on a voulu se donner les moyens d'obtenir des retombées régionales, déclenchant du même coup la traditionnelle bagarre entre ministres de régions différentes. Coyne rappelle cependant qu'il n'est pas question ici de faire construire les avions au Canada mais de forcer Boeing à y dépenser une somme équivalente. Le journaliste est persuadé que le prix du contrat a été gonflé pour persuader Boeing, qui n'a pas l'habitude de se laisser dicter sa conduite. Il en conclut que par le biais d'un contrat militaire, Ottawa subventionnera la construction d'avions civils au Canada, appareils dont il appuiera financièrement la vente à meilleur prix à l'étranger. «Voilà en quelques mots la politique industrielle canadienne: acheter à fort prix, vendre à rabais», conclut-il.

Les conservateurs ont aussi été pris pour cible pour une affaire qui a fait du bruit à l'extérieur du Québec. Le Comité de l'immigration a appris cette semaine que quatre juges à la Citoyenneté ont été nommés sans respecter le processus de sélection établi par les libéraux. Un de ces postes a été attribué à un ancien candidat conservateur, libérant du coup son comté pour le transfuge libéral Wajid Khan. Selon le Globe and Mail, «il ne s'agit pas d'un accident». Il conclut par conséquent que le geste du gouvernement Harper réduit en farce ses plaidoyers en faveur de l'éthique et d'un gouvernement responsable et transparent.

Contrôle du message

À propos des conservateurs, ils ont décidé de s'outiller pour mieux contrôler le message pendant la prochaine campagne électorale. Selon un reportage de la Canadian Press, largement repris au Canada anglais, le Parti conservateur a loué un local dans un parc industriel de l'est d'Ottawa pour y installer, entre autres, un studio de télévision à la fine pointe de la technologie. Le chef pourra ainsi offrir des entrevues à des stations locales sans dépendre des installations des télédiffuseurs traditionnels et sans avoir à alerter les autres médias. On n'a pas lésiné sur les moyens, preuve de la richesse du parti et de sa volonté d'être prêt pour un scrutin, peu importe la date de son déclenchement.

Un minimum vital

Jeudi, l'Ontario a haussé son salaire minimum de 0,25 $ pour le porter à 8 $ l'heure, le plus élevé au Canada avec la Colombie-Britannique. Le Québec devrait les rejoindre en mai. La pauvreté des petits salariés est devenue un thème persistant dans certains journaux, en particulier le Toronto Star. Il n'est pas le seul, cependant. Dimanche dernier, l'Ottawa Citizen offrait un portrait émouvant de deux parents travaillant à temps plein et essayant de boucler leur budget avec, chacun, un salaire horaire de 8 $. Chaussures usées, vêtements et mobilier d'occasion, menu minimaliste, loisirs réduits aux émissions de télévision.

Le Star, qui a souvent fait le même constat, milite en faveur d'un salaire minimum de 10 $ l'heure, comme le demandent le NPD ontarien et plusieurs groupes sociaux. L'équipe éditoriale ne pouvait donc qu'être déçue de la hausse accordée. Elle refuse l'argument du ministre des Finances, Greg Sorbara, qui affirme qu'un salaire minimum à 10 $ l'heure coûterait 66 000 emplois à la province. Le Star souligne qu'il n'a fourni aucune preuve. Le quotidien accorde toutefois le crédit au gouvernement McGuinty d'avoir augmenté le salaire minimum chaque année depuis 2003, année de son arrivée au pouvoir, alors que le gouvernement conservateur de Mike Harris l'avait gelé à 6,85 $ pendant huit ans. Mais le rattrapage reste insuffisant puisque le pouvoir d'achat des 200 000 Ontariens au salaire minimum est aujourd'hui, une fois l'inflation prise en compte, 10 % inférieur à ce qu'il était il y a dix ans.

Un interdit après l'autre

Les fumeurs ne sont pas au bout de leurs peines. L'Association médicale de l'Ontario voudrait que la province interdise aux gens de fumer dans leur voiture quand un enfant s'y trouve, rapportent plusieurs journaux, dont le Star. Le représentant de l'OMA qui a lancé cette idée citait un sondage réalisé en 2005 montrant que 66 % des fumeurs ontariens et 81 % des non-fumeurs appuieraient telle interdiction. Ce qui a ravivé son intérêt est l'adoption d'un interdit similaire par la municipalité de Bangor, dans le Maine.

Le conseil des écoles publiques de Toronto s'attaque pour sa part à un autre problème: les téléphones cellulaires dans les classes. L'histoire, d'abord rapportée dans le Star, a fait le tour du pays. L'école Marc Garneau Collegiate interdit déjà à ses élèves d'utiliser leur cellulaire dans les classes et les corridors, malgré, imaginez-vous, l'opposition de certains parents. Ceux-ci prétendent que cela limite leur accès à leurs enfants! Le conseil scolaire songe à étendre l'interdiction à toutes ses écoles, une décision qui pourrait être prise dès avril. On y songe tant pour maintenir l'ordre que pour réduire la tricherie lors d'examens. Au Québec, une école de Gatineau a interdit les cellulaires après qu'un élève eut filmé l'accès de colère d'un professeur et l'eut diffusé sur Internet.

mcornellier@ledevoir.com
1 commentaire
  • - Inscrit 3 février 2007 10 h 47

    Boeing C-17 cent un (101) ou comment se mettre à genoux devant les pouvoirs Américains!

    C'EST SCANDALEUX mais pourtant ça ne semble pas faire de vagues dans le public. Le Canada (l'ENSEMBLE des citoyens) s'apprête à faire l'acquisition de 4 avions militaires (Boeing c-17) dont on n'a pas besoin et ainsi à dépenser environ 4 milliards de $. C'EST CELA, DE LA DÉMOCRATIE? Se faire imposer une dépense militaire inutile pour faire plaisir aux USA et aussi dépanner BOEING aux prises avec un épuisement du carnet de commande pour cet appareil du genre ÉLÉPHANT BLANC, DISPENDIEUX, ÉNERGIVORE, POLLUANT, ET INUTILE, en plus d'une aberration dans le contexte des changements climatiques. Comment est-ce possible que NOUS, les Canadiens et les Québécois, acceptions de se faire imposer une telle DEPENSE, une telle OFFENSE à notre autonomie?

    Il n'est pas surprenant qu'en plus, la spécialisation du QUÉBEC dans le domaine de l'aéronautique ne soit pas respectée. C'est 'la libre entreprise', nous dira-t-on.
    C'EST UN SCANDALE. COMMENT PEUT-ON ACCEPTER ÇA SANS RIEN DIRE? JE SUIS ESTOMAQUÉ PAR L'ATTITUDE DES CANADIENS, LE PARTI LIBÉRAL DU CANADA, PAR STÉPHANE DION, PAR LE BLOC QUÉBÉCOIS, PAR GILLES DUCEPPE, LE NPD ET SON CHEF, PAR LES ÉDITORIALISTES CANADIENS ET QUÉBÉCOIS ET SURTOUT LES CONSERVharpers.

    --------------------------PARENTHÈSE--------------------------
    Oui! NOUS, le parti conservateur et la partie de la société (très peu démocratique et très religieuse) représentant le pouvoir, les plus riches et en particulier les PÉTROLEURs et le complexe militaro-industriel (Boeing), on s'en occupe du réchauffement climatique. Ben oui! ON L'ENCOURAGE ET AINSI LA TEMPÉRATURE DU GRAND NORD VA continuer à AUGMENTER (grâce à la consommation des gens ordinaires comme vous) ET ON POURRA ALLER Y CHERCHER LE PÉTROLE (WOW!) et aussi les autres ressources pour les exploiter et ainsi devenir encore plus riche et plus fort et aussi plus capable de s'occuper (de vous) de la société et de ses besoins, À NOTRE PROPRE AVANTAGE (à nous, les riches). VIVE LA LIBERTÉ! VIVE LA RICHESSE! VIVE LE PÉTROLE! VIVE LE POUVOIR (grâce à la consommation effrénée)! VROUM! VROUM! VIVEnt LES GROS CHARS ET LES GROS MOTEURS! Go back to your spending! dixit G.W. Bush.
    God bless Canada! dixit Stephen Harper.
    -------------------------------------------------------------------------

    Bien sûr, tous les moyens sont bons pour protéger et défendre le pouvoir établi des riches capitalistes Américains, Européens et aussi du Moyen-Orient et bientôt d'Asie. Le NÉO-LIBÉRALISME, synonyme de CAPITALISME DÉBRIDÉ, est à donné le coup de grâce aux démocraties du monde. C'est l'établissement d'un 'BRAVE NEW WORLD', un 'BIG BROTHER', un ogre géant dont l'appétit pour les richesses est insatiable, et sans partage, aux détriments de la multitude et des plus faibles.

    VIVEnt la DÉSINFORMATION, la PROPAGANDE, la MANIPULATION, l'EXPLOITATION de l'humanité à l'avantage de quelques-uns et, s'il le faut, on IMPOSERA aux récalcitrants NOTRE VOLONTÉ à l'aide de la force de nos BOEING C-17 et AUTRES ÉQUIPEMENTS MILITAIRES payés PAR LES CITOYENS sans LEURS CONSENTEMENTS ÉCLAIRÉS.

    VIVE la malhonnêteté intellectuelle des politiciens!

    OÙ sont les MÉDIAS dans cette affaire?

    COMMENT PEUT-T-ON ACCEPTER DE SE FAIRE voler SA liberté, SES droits, SA démocratie, ET AU MOINS 4 MILLIARDS DE $ SANS RIEN DIRE? W O W ! ! !