Remaniement ministériel attendu à Ottawa - Prentice remplacerait Ambrose

Rona Ambrose
Photo: Agence Reuters Rona Ambrose

Ottawa — La ministre fédérale de l'Environnement, Rona Ambrose, serait rétrogradée le mois prochain par le premier ministre Stephen Harper, ont indiqué à la Presse Canadienne des sources du gouvernement et du Parti conservateur.

Mme Ambrose devrait être remplacée par un proche de M. Harper, le ministre des Affaires indiennes, Jim Prentice, aussi président du puissant comité des opérations du cabinet. L'actuel ministre des Affaires intergouvernementales, Peter Van Loan, prendrait la place de M. Prentice aux Affaires indiennes. La ministre Ambrose clôturerait ce jeu de chaises musicales en reprenant le poste de M. Van Loan.

La ministre Ambrose a connu des mois difficiles à la tête du ministère de l'Environnement. Ses critiques, parmi lesquels se retrouvaient même des gens de son parti, lui reprochaient notamment ses efforts pour mettre en avant un projet sur la qualité de l'air qui n'était pas à la hauteur des attentes.

Stephen Harper espère ainsi commencer l'année 2007 sur un nouveau pied pour ce qui est du dossier de l'environnement. Son geste pourrait aussi l'aider dans ses visées électorales, puisque le gouvernement conservateur minoritaire pourrait être renversé à tout moment.

L'ascension de Stéphane Dion à la tête du Parti libéral a clarifié au moins une chose: l'environnement sera au coeur de la prochaine campagne électorale. Les sondages placent les questions environnementales en tête de liste des préoccupations des Canadiens, avec les soins de santé.

La ministre Ambrose a vu sa tâche compliquée par le fait qu'elle devait souvent jongler avec des informations contradictoires en provenance du bureau du premier ministre, a affirmé une source gouvernementale qui a demandé l'anonymat.

«Elle me donnait l'impression de ne pas avoir fait ses devoirs, a indiqué cette source. Mais je dois nuancer cela en disant que ça ne sert pas à grand-chose de faire ses devoirs si quelqu'un change les règles dès le lendemain matin. Ils lui donnaient du nouveau matériel à la dernière minute ou ils ne lui donnaient pas d'information. Ce n'est pas entièrement de sa faute», a ajouté cette source.

La ministre a connu un nouvel embarras la semaine dernière lorsque son sous-ministre adjoint l'a corrigée alors qu'elle témoignait devant le comité des Communes sur l'environnement.

Le nouveau ministre, qui qu'il soit, devra établir des liens de confiance avec les fonctionnaires qui ont préparé pendant plusieurs années la participation du Canada au protocole de Kyoto, a noté la source gouvernementale. Les conservateurs se sont vigoureusement opposés à cet accord depuis leur arrivée au pouvoir.

Mme Ambrose est intelligente et elle a travaillé fort pour maîtriser ses dossiers, selon une autre source conservatrice qui n'a pas voulu être nommée. En définitive, sa rétrogradation peut être attribuable à l'approche dispersée du gouvernement sur d'un dossier dont l'importance n'a pas vraiment été reconnue, a ajouté cette source.

Quant à Stephen Harper, il a timidement évité de contredire les rumeurs sur l'imminence d'un remaniement de son cabinet.

«J'ai un cabinet qui fonctionne très bien», a-t-il indiqué hier lors d'une entrevue accordée à la Presse canadienne. «Nous évaluons constamment les façons de le faire fonctionner encore mieux. Si j'y apporte des modifications dans le futur, vous n'allez le savoir qu'à ce moment.»