Time Canada - Harper est choisi personnalité de l'année

Toronto — Time a fait de Stephen Harper sa «personnalité canadienne de l'année 2006», a annoncé le magazine d'information, hier. Stephen Handelman, collaborateur à la rédaction de la revue, écrit que le premier ministre canadien «qui s'est déjà fait traiter de tacticien de coulisse doctrinaire, sans expérience gouvernementale, est devenu un véritable guerrier une fois au pouvoir».

Le magazine ajoute que M. Harper a démoli les idées reçues concernant la façon de diriger un gouvernement minoritaire. Time note qu'il a éliminé pour plus de un milliard de dollars de programmes fédéraux, remanié la bureaucratie fédérale et rouvert les blessures du débat sur l'unité nationale en appuyant le droit du Québec d'être reconnu comme une nation.

En même temps, poursuit la revue, il a renouvelé les normes en matière de reddition de comptes pour les politiciens fédéraux, piloté le premier déploiement majeur de troupes canadiennes sur un théâtre de combat et, en plus, négocié la fin du litige commercial qui traînait au sujet des exportations de bois d'oeuvre canadien aux États-Unis.

Selon le magazine, «si Harper remporte la majorité qu'il convoite aux élections attendues dans le courant de l'an prochain, il pourrait s'avérer le leader ayant le plus d'impact depuis Trudeau».

Sur le plan international

Par ailleurs, l'édition internationale du magazine Time a décerné son titre d'homme de l'année 2006 à... «Vous». Le titre américain entend ainsi souligner l'importance que tout un chacun a prise dans le développement de la démocratie numérique, et a donc désigné «homme de l'année» quiconque a créé ou utilisé un contenu sur Internet.

«Si vous choisissez un individu, vous devez justifier comment cette personne a touché des millions de gens», a expliqué Richard Stengel, rédacteur en chef du magazine. Mais si vous choisissez des millions de personnes, vous n'avez pas à le justifier.»

L'hebdomadaire a par ailleurs retenu 26 personnes qui ont compté, parmi lesquelles le dirigeant Kim Jong Il, le pape Benoît XVI, le président américain George W. Bush, son vice-président Dick Cheney et l'ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld. Si le magazine avait désigné une personne en particulier, Richard Stengel a affirmé que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad l'aurait probablement emporté.

Pour illustrer son choix de la communauté des internautes, la une du Time présente un clavier blanc et un miroir dans lequel chacun peut voir son reflet.

Ce n'est pas la première fois que Time ne désigne pas une personne, puisque les moins de 25 ans avaient été choisis en 1966, les femmes américaines en 1975 et l'ordinateur en 1982.

«J'aime toujours quand c'est une personne — et c'est une personne, pas un ordinateur ou quelque chose comme ça, a plaidé Richard Stengel. Nous avons juste estimé qu'il n'y avait pas une seule personne qui incarnait ce phénomène.»

L'année dernière, Bill et Melinda Gates et le chanteur Bono avaient été cités, pour leurs activités caritatives visant à réduire la pauvreté dans le monde et améliorer la santé.