Serie C: Ottawa respectera la promesse faite à Bombardier

«Si Bombardier va de l’avant avec sa Série C et que les conditions de la lettre sont respectées, oui, ce gouvernement-là va respecter la signature du gouvernement précédent», a assuré le ministre de l’Industrie, Maxime Bernier.
Photo: Agence Reuters «Si Bombardier va de l’avant avec sa Série C et que les conditions de la lettre sont respectées, oui, ce gouvernement-là va respecter la signature du gouvernement précédent», a assuré le ministre de l’Industrie, Maxime Bernier.

La multinationale Bombardier pourra vraisemblablement compter sur le soutien financier du gouvernement conservateur si elle décide de ressusciter son projet d'appareil à 100 sièges Série C, a indiqué hier le ministre de l'Industrie, Maxime Bernier.

L'entreprise montréalaise avait conclu avec les libéraux de Paul Martin un accord lui offrant des garanties de prêt de 350 millions pour mettre au point et commercialiser une nouvelle famille d'avions, qui auraient été assemblés à Mirabel, au nord de Montréal.

Bombardier, qui avait obtenu une aide semblable du gouvernement provincial, a toutefois mis son projet sur la glace l'hiver dernier, faute de clients. La société tente actuellement de trouver de nouveaux partenaires — possiblement des compagnies étrangères — pour relancer son idée. Une décision finale est attendue d'ici la fin du janvier prochain.

Hier, le ministre Bernier a confirmé que son gouvernement n'avait pas l'intention de laisser tomber l'avionneur, qui vit des moments difficiles depuis 2001. «Il y a une lettre d'engagement que le gouvernement précédent avait signée à Bombardier et toutes les conditions du financement fédéral sont contenues dans la lettre, a-t-il précisé. Si Bombardier va de l'avant avec sa SérieC et que les conditions de la lettre sont respectées, oui, ce gouvernement-là va respecter la signature du gouvernement précédent.»

À l'origine, le coût total de la Série C était évalué à 2,1 milliards $US, dont le tiers devait provenir de Bombardier, le tiers des gouvernements et le reste de partenaires éventuels. Cette proportion pourrait changer si Bombardier réussit à s'entendre avec ses fournisseurs.

Selon le ministre, l'entreprise «discute actuellement» avec des fonctionnaires fédéraux de la plus récente mouture de son projet.

Maxime Bernier a par ailleurs indiqué que son équipe poursuivait l'analyse du programme de Partenariat technologique Canada, qui offre des subventions à la recherche aux entreprises canadiennes. Ce programme très apprécié des entreprises, notamment dans le domaine de l'aéronautique, doit normalement prendre fin le 31 décembre prochain. Le ministre a refusé de dire hier s'il serait prolongé.

Le mois dernier, Bombardier Aéronautique a annoncé un nouveau ralentissement de sa cadence de production d'avions régionaux CRJ. Cette décision entraînera la mise à pied de quelque 1330 travailleurs à ses usines de Montréal et Belfast en Irlande du Nord.

La relance du programme de Série C pourrait permettre d'en rappeler bon nombre au travail, à moyen terme.