Flaherty veut toujours réduire l'impôt personnel sur les gains de capitaux

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a prononcé un discours hier à Montréal, devant l’Institut canadien des courtiers et des prêteurs hypothécaires.
Photo: Pascal Ratthé Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a prononcé un discours hier à Montréal, devant l’Institut canadien des courtiers et des prêteurs hypothécaires.

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, espère toujours réaliser la promesse de son parti de réduire l'impôt personnel sur les gains de capitaux. Il a toutefois reconnu hier qu'il y avait de grandes difficultés à mettre en place un système qui soit étanche et raisonnablement simple à gérer.

M. Flaherty a été interrogé sur la question après avoir prononcé un discours devant l'Institut canadien des courtiers et des prêteurs hypothécaires, à Montréal.

«Nous ne pourrons pas faire tout ce qu'on voulait, mais j'espère qu'on pourra aller de l'avant avec notre promesse», a-t-il dit, en refusant de s'engager à apporter des changements dans le budget fédéral de l'année prochaine.

Lors de la dernière campagne électorale, les conservateurs avaient promis d'éliminer l'impôt sur les biens vendus, si le produit de la vente était réinvesti dans un délai de six mois. «C'est une des choses sur lesquelles on se penche», a-t-il ajouté, plus tard à l'intention des journalistes. «C'est un engagement électoral auquel nous tenons.»

Parmi les autres questions étudiées par son gouvernement, il a cité le déséquilibre fiscal, les réductions d'impôt, l'aide au secteur manufacturier et les dépenses pour les infrastructures.

Les décisions politiques sur ces questions seront annoncées dans le prochain budget, mais le gouvernement minoritaire conservateur a déjà prévu dévoiler ses objectifs financiers pour la prochaine décennie le 23 novembre.

On devrait en savoir plus alors sur la direction que prendra le gouvernement Harper non seulement sur les réductions d'impôt mais aussi sur le recyclage des travailleurs. Le gouvernement devrait également en profiter pour préciser l'ampleur de son prochain surplus et pour donner des détails sur ses prévisions de dépenses. .