Problème d'éthique pour Bev Oda

Ottawa — La ministre fédérale du Patrimoine, Bev Oda, a annulé un événement devant servir à récolter des fonds en vue de sa prochaine campagne électorale, en raison de préoccupations éthiques.

Une dirigeante de l'empire médiatique CanWest participait directement à l'organisation de cet événement, au moment où la ministre est à réviser la politique télévisuelle du gouvernement Harper. C'est du moins ce que révélait un mémo rendu publichier par le Nouveau Parti démocratique, et qui mentionnait Charlotte Bell — la vice-présidente, affaires réglementaires, télévision et radio, pour CanWest MediaWorks — au nombre des membres du comité organisateur de cet événement. CanWest contrôle le réseau de télévision Global, ainsi que plusieurs journaux et divers groupes médiatiques. Le conférencier invité de cet événement, dont les billets se détaillent 250 $, devait être le ministre fédéral de l'Industrie, Maxime Bernier, qui est lui aussi impliqué directement dans l'élaboration de la politique des télécommunications du gouvernement. Mme Bell représente CanWest auprès du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, même si elle n'est pas une lobbyiste. Les audiences du CRTC sur la politique télévisuelle doivent débuter plus tard ce mois-ci. Le porte-parole du NPD en matière de culture, Charlie Angus, avait demandé à la ministre Oda d'expliquer l'objectif de cet événement compte tenu de la promesse faite par le Parti conservateur de relever les normes éthiques à Ottawa.