Réaction du ministre Pierre Corbeil aux propos de Danny Williams - Terre-Neuve manque de respect envers le Québec

Québec — Le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Pierre Corbeil, accuse le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Danny Williams, de manquer de respect envers les Québécois quand il évoque l'instabilité politique dont souffrirait le Québec.

Au cours d'un entretien téléphonique, Pierre Corbeil s'est montré surpris de la déclaration faite hier par M. Williams, qui a affirmé que l'instabilité politique qui sévit au Québec devrait inciter le Canada à diminuer sa dépendance envers l'hydroélectricité québécoise. «Concernant le climat politique au Québec, je pense que ces déclarations, ces allégations sont inappropriées et irrespectueuses à l'égard des citoyens du Québec», a dit M. Corbeil.

Dans un point de presse tenu en marge d'une réunion du conseil des ministres qui s'est déroulée exceptionnellement sur le site du Bas-Churchill, Danny Williams a déclaré qu'il était dans l'intérêt du Canada de soutenir le développement du projet hydroélectrique du Bas-Churchill afin de diminuer sa dépendance à l'égard du Québec. «Que nous diversifiions davantage notre approvisionnement en énergie signifie que nous ne serons pas totalement dépendants du Québec en matière d'énergie, [une dépendance] qui, compte tenu de l'instabilité politique au Québec, pourrait entraîner une situation très, très sensible dans les années à venir», a dit le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador.

En outre, Danny Williams a accusé le Québec de chercher à empêcher Terre-Neuve d'avoir accès aux principaux marchés énergétiques, dont celui de l'Ontario. En développant ses propres projets hydroélectriques de façon accélérée, le Québec veut rendre inutile le projet du Bas-Churchill, estime M. Williams.

Pierre Corbeil rejette cette allégation. «On ne veut pas bloquer quoi que ce soit. On veut tout simplement développer notre potentiel à nous, rétablir notre marge de manoeuvre pour assurer notre sécurité énergétique, combler nos besoins intérieurs et profiter d'opportunités d'exportation», a fait valoir M. Corbeil. Le tout est conforme à la stratégie énergétique du Québec dévoilée en mai dernier et visant les années 2006 à 2015, a ajouté le ministre.

En mai également, Terre-Neuve-et-Labrador a annoncé son intention de procéder seule au développement du projet du Bas-Churchill, ou du moins d'en évaluer la possibilité. Évalué à quelque 10 milliards, le projet ne pourra être achevé avant 2015.

La province n'a donc retenu aucune des trois propositions qui s'étaient démarquées à la suite de l'appel d'offres qu'elle avait lancé, dont la proposition d'un consortium formé d'Hydro-Québec, de l'Ontario et de SNC-Lavalin.

La semaine dernière, la ministre des Ressources naturelles de Terre-Neuve-et-Labrador, Kathy Dunderdale, avait avancé que les projets de la Romaine et du Petit Mécatina, sur lesquels planche Hydro-Québec, devaient obtenir l'aval de sa province avant de voir le jour. Comme l'avait fait le P.D.G.. d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, jeudi dernier, le ministre Corbeil a rejeté cette prétention hier, affirmant que les deux projets n'affecteraient en rien le territoire terre-neuvien.