En photo - Gagliano à la défense de Volpe

Photo: Agence Reuters

L'ex-ministre Alfonso Gagliano estime que Joe Volpe, candidat à la direction du Parti libéral du Canada, est tout comme lui victime de gestes posés à son insu par des subalternes.

M. Gagliano, qui lançait hier son livre intitulé Les Corridors du pouvoir, a déploré que le PLC soit encore entaché par des irrégularités et a affirmé que M. Volpe devait rendre des comptes pour ce qui s'est produit dans sa campagne. Malgré tout, il a donné le bénéfice du doute à son ex-collègue, disant croire que ce dernier n'était pas au courant des irrégularités commises par des travailleurs de sa campagne, tout en qualifiant de telles irrégularités d'inacceptables. M. Gagliano maintient qu'il a été une victime du scandale des commandites, soutenant toujours qu'il ne savait rien de ce que les responsables du programme avaient tramé. «Oui, je me considère comme une victime, un bouc émissaire, dès le début ils ont pointé vers moi, et ça continue.»