Contributions illégales au Parti conservateur - Harper clame son innocence

Stephen Harper a d’abord tenté d’éviter la presse avant de répondre aux questions des journalistes.
Photo: Agence Reuters Stephen Harper a d’abord tenté d’éviter la presse avant de répondre aux questions des journalistes.

Ottawa — Le premier ministre Stephen Harper a affirmé hier qu'aucune règle n'a été violée en ce qui a trait au financement de son parti.

Les conservateurs font face à des allégations selon lesquelles ils pourraient avoir accepté illégalement près de deux millions de dollars en contributions non déclarées.

M. Harper a soutenu que toutes les lois ont été respectées, sans vouloir élaborer davantage. «Toutes les lois ont été respectées et les libéraux devront aussi les suivre — c'est la partie difficile» pour eux, a dit M. Harper alors qu'il quittait une rencontre visant à promouvoir l'abaissement d'un point de la TPS, à 6 %.

Le personnel de M. Harper avait d'abord tenté d'empêcher les journalistes de poser des questions au premier ministre, arguant que l'emplacement où était garée sa voiture, à l'arrière d'un dépanneur, se trouvait sur une propriété privée.

Le directeur général des élections du Canada, Jean-Pierre Kingsley, a demandé au Parti conservateur l'accès à ses livres comptables en ce qui concerne le congrès du PC en mars 2005 à Montréal.

Un porte-parole du premier ministre, Dimitris Soudas, a précisé que le parti allait se soumettre à la demande. «Nous sommes plus que disposés à présenter tous les documents à Élections Canada. Toutes les informations demandées par Élections Canada seront transmises. Mais cela ne se fera pas par le truchement d'un communiqué de presse», a expliqué M. Soudas.

Tous les partis devaient déposer leurs rapports financiers définitifs pour l'année 2005 avant hier, mais M. Kingsley a demandé certains documents aux conservateurs ayant trait à des contributions non déclarées lors du congrès de 2005.

«La population a le droit de savoir précisément ce qui s'est passé dans le cas présent», avait indiqué M. Kingsley dans un communiqué publié jeudi.

Les conservateurs contestent l'interprétation de la loi en matière de frais de congrès puisqu'ils soutiennent qu'ils ne constituent pas une contribution politique alors que les libéraux et les néo-démocrates clament le contraire.

Les libéraux et les néo-démocrates maintiennent que cette omission signifie que les conservateurs ont enfreint les lois sur le financement des partis politiques en empochant des dons de près de 1,7 million. Ils ont demandé au directeur général des élections du Canada d'ouvrir une enquête.