Francophonie - Menzies soulagé

Ottawa — Le député conservateur Ted Menzies, unilingue anglais, est soulagé de constater qu'il n'aura pas à assumer de responsabilités en matière de francophonie ou de langues officielles à titre de secrétaire parlementaire de Josée Verner.

Quant à lui, Deepak Obhrai, de Calgary, ne s'occupera pas de l'Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA).

À la suite de l'assermentation des nouveaux secrétaires parlementaires, vendredi, les deux députés semblaient s'être retrouvés avec de curieuses responsabilités. Il aura fallu une journée pour éclaircir la situation.

M. Menzies, producteur de blé de l'Alberta, a prêté serment à titre de secrétaire parlementaire de Josée Verner, ministre de la Coopération internationale de même que ministre de la Francophonie et des langues officielles.

M. Obhrai a de son côté été prêté serment à titre de secrétaire parlementaire de Peter MacKay, ministre des Affaires étrangères, également responsable de l'APECA.

Étonné

M. Menzies, qui a été porte-parole de l'opposition en matière de coopération internationale, a été surpris lors de sa prestation de serment, tandis qu'un fonctionnaire énumérait tous les titres de Mme Verner. «J'étais un peu étonné, c'est le moins que l'on puisse dire», a-t-il affirmé samedi.

Le député a dit craindre de ne pas être en mesure d'accomplir les tâches lui étant imparties, en raison de sa maîtrise limitée de la langue française. «Je peux comprendre assez bien le français lors d'une conversation, mais je n'ai pas encore eu le courage de le parler», a-t-il affirmé.

Lorsque des journalistes et des députés de l'opposition ont jugé incongru qu'un anglophone se retrouve avec des responsabilités en matière de francophonie, M. Menzies s'est engagé à reprendre ses cours de français et à faire de son mieux. Il a cependant rapidement appris que sa responsabilité première serait d'épauler Mme Verner au chapitre de la coopération internationale. «Voilà certainement une compétence que je peux apporter», a-t-il déclaré.

«Nous avons eu un problème de communication», a ajouté le député.