En bref: Un unilingue anglophone à la Francophonie

Ottawa — En nommant un secrétaire parlementaire à la Francophonie et aux langues officielles qui ne parle pas français, le nouveau premier ministre Stephen Harper fait un «mauvais départ», estime le député néo-démocrate acadien Yvon Godin.

Hier, M. Harper a dévoilé les noms des députés qui seconderont les ministres dans leurs tâches. Pour appuyer Josée Verner, ministre de la Coopération internationale, de la Francophonie et des Langues officielles, M. Harper a mandaté l'Albertain Ted Menzies, unilingue anglophone. Cette nomination a fait sourciller le député d'Acadie-Bathurst, qui ne manque pas une occasion de défendre les francophones. «C'est comme si on disait: «on va prendre quelqu'un pour représenter les anglophones et c'est quelqu'un qui ne parle pas anglais». On va où avec ça?», a illustré M. Godin, qui est porte-parole de son parti en matière de langues officielles. Beaucoup moins à l'avant-plan que les ministres à qui ils sont jumelés, les secrétaires parlementaires ont toutefois une tâche non négligeable. Et dans un cabinet minceur, où bien des ministres cumulent les responsabilités, cette tâche risque d'être encore plus importante. Ce sont eux qui doivent répondre aux questions en Chambre en l'absence du ministre.