Legault souhaite que la COP15 donne lieu à un «moment Montréal»

Le premier ministre du Québec a joint sa voix à d’autres élus pour que les représentants des 196 pays réunis à la COP15 adoptent un cadre ambitieux pour protéger la biodiversité.

Devant des centaines de délégués, François Legault a dit souhaiter « que dans les livres d’histoire, on pourra dire qu’il y a eu, en 2022, un moment Montréal ».

« On a une opportunité exceptionnelle de changer les choses », a indiqué le premier ministre.

« Jusqu’ici, on n’a pas accordé à la biodiversité toute l’importance qu’on aurait dû lui accorder, donc il nous reste quelques jours. C’est maintenant le moment de prendre des engagements ensemble, c’est le moment d’adopter un cadre mondial de la biodiversité pour atteindre, entre autres, l’objectif de protéger 30 % des terres et des océans d’ici 2030. »

François Legault était invité à s’exprimer après plusieurs élus, dont le président chinois, Xi Jinping, par vidéoconférence, le président de l’Assemblée des Nations unies, Csaba Kőrösi, et le ministre de l’Environnement du Canada, Steven Guilbeault, lors des cérémonies d’ouverture de ce qu’on appelle le « segment de haut niveau ».

Cette dernière partie de la COP15 est le moment des négociations où les représentants politiques doivent mettre la touche finale à l’accord pour renverser le déclin de la biodiversité.

Les 196 pays réunis à Montréal doivent s’entendre d’ici le 19 décembre pour mettre en place le cadre mondial pour protéger la biodiversité.

Fonds bleu : un projet de loi en janvier

Le premier ministre Legault a profité de sa tribune pour annoncer qu’il déposera, dès janvier prochain, un projet de loi pour mettre en place le « Fonds bleu », un financement de 650 millions pour la santé des différents plans d’eau du Québec.

La création du « Fonds bleu » est une promesse de la dernière campagne électorale et serait financée en partie par l’augmentation des redevances des industries qui utilisent l’eau du territoire.

Il y a quelques mois, François Legault avait indiqué que ce fonds servira notamment à lutter contre des plantes envahissantes, à instaurer un nouveau programme de mise aux normes des installations sanitaires individuelles, à améliorer le financement du Réseau de surveillance volontaire des lacs, à créer un programme de nettoyage des berges, à prévenir les pénuries d’eau, à mieux caractériser la composition des rejets municipaux, à soutenir les agriculteurs dans la revégétalisation des bandes riveraines et à financer la recherche sur l’eau.

À voir en vidéo