Elizabeth May est la nouvelle cheffe du Parti vert du Canada

L’ancienne cheffe de 2006 à 2019, Elizabeth May — une des deux députées du parti à la Chambre des communes — fait « équipe » avec Jonathan Pedneault.
Patrick Doyle La Presse canadienne L’ancienne cheffe de 2006 à 2019, Elizabeth May — une des deux députées du parti à la Chambre des communes — fait « équipe » avec Jonathan Pedneault.

Elizabeth May a été choisie pour redevenir cheffe du Parti vert du Canada après s’être présentée en promettant de partager le rôle avec Jonathan Pedneault.

Mme May, députée de longue date de la Colombie-Britannique qui a dirigé le parti de 2006 à 2019, a remporté la course à la direction au sixième tour de scrutin, après l’élimination des autres candidats.

« C’est un peu un “déjà-vu”, mais ce n’est pas la même chose parce que […] maintenant c’est une proposition totalement différente parce que je ne suis pas ici toute seule », a déclaré en français Elizabeth May.

Elle a rejoint la course à la chefferie en s’engageant de nommer M. Pedneault comme co-leader, et les deux chercheront à modifier la constitution du parti pour permettre un modèle valide de codirection.

« Officiellement, nous avons mené une campagne séparément comme le demandent Élection Canada et les règles du Parti vert. Mais les gens qui ont voté pour moi savaient que notre plateforme indiquait clairement que nous étions une équipe, a expliqué Mme May. Nous ne pouvons pas dire officiellement que nous sommes co-leader du Parti vert du Canada parce que cela demande un changement de la constitution. »

M. Pedneault, originaire de Montréal, est un expert des situations de crise qui a enquêté sur des abus dans des zones de guerre, notamment en Afghanistan.

« On est le parti pour les Québécois qui cherchent une voix différente à Ottawa, une voix qui va les représenter de manière objective, mais qui va aussi faire avancer les intérêts de tous les Québécois et de l’environnement et de la planète », a déclaré M. Pedneault aux côtés de Mme May après l’annonce de sa victoire.

Les membres de la formation politique ont envoyé au cours de la dernière semaine leur bulletin de vote en vue d’élire un nouveau chef pour succéder à Annamie Paul.

Six noms figurent sur le bulletin de vote, mais quatre d’entre eux avaient l’intention de former un duo à la direction.

L’autre tandem dans la course était formé d’Anna Keenan et de Chad Walcott. Tous deux ont affirmé que le parti a besoin de nouveaux visages à la suite du désastre électoral de 2021 et de la longue série de querelles intestines qui a suivi.

Dans son discours, Mme May a dit qu’elle a entendu « les voix qui réclament du changement ».

« Il est vraiment possible d’avoir un changement avec un pouvoir sur le terrain avec les racines très engagées dans les enjeux primordiaux, particulièrement contre la crise des changements climatiques », a prononcé en français Mme May.

Sarah Gabrielle Baron et Simon Gnocchini-Messier se présentent en solo. Tous deux n’en étaient pas à leur première expérience dans une course à la direction du Parti vert.

Les candidats à la direction ont prononcé de courts discours avant l’annonce des résultats à 20 heures, chacun soulignant l’importance de l’unité.

« Nous avons traversé une période un peu difficile, mais nous en sommes sortis, a déclaré Mme May dans son discours. Et nous pouvons dire en toute confiance qu’à l’issue de cette soirée, nous sommes unis, quel que soit le résultat. Nous travaillons ensemble. »

À voir en vidéo