Legault veut former un gouvernement plus rassembleur grâce à l’élection de femmes

François Legault s’est promené dimanche dans un marché public en plein air avec son candidat Gilles Bélanger, qui tente de se faire réélire.
Graham Hughes La Presse canadienne François Legault s’est promené dimanche dans un marché public en plein air avec son candidat Gilles Bélanger, qui tente de se faire réélire.

Au dernier jour de la campagne, le chef caquiste François Legault est apparu entouré d’une quarantaine de femmes candidates pour son parti avec lesquelles il souhaite former un gouvernement plus rassembleur.

Dans un restaurant de la circonscription de Sherbrooke, M. Legault a souligné que la Coalition avenir Québec (CAQ) a présenté 55 % de femmes, soit 69 candidates sur 125.

« Mon ambition c’est que lundi soir on marque l’histoire avec le plus grand nombre de femmes élues à l’Assemblée nationale, a-t-il déclaré dans une brève allocution devant des militants. […] Je pense que ça va changer le style à l’Assemblée nationale d’avoir autant de femmes. »

Dans un point de presse qui a suivi, M. Legault a affirmé qu’il avait toujours été entouré de femmes tant dans le secteur privé qu’en politique. Il a souligné leurs qualités.

« Souvent les femmes sont plus rassembleuses », a-t-il dit.

Au cours de la campagne, M. Legault a été accusé de tenir des propos qui divisent, notamment au sujet de l’immigration.

Un défi

 

Dimanche, le chef caquiste a fait référence à ces critiques de ses adversaires.

« On a beaucoup parlé de ça, la division, ou de rassembler », a-t-il dit.

M. Legault a affirmé que son but est de rassembler, comme il l’a fait, au-delà du clivage fédéraliste souverainiste, en fondant la CAQ.

« On a parlé beaucoup d’immigration, de comment on fait pour protéger le français, a-t-il dit. On a un défi de rassembler tout le monde. »

Ex-députée bloquiste et ex-mairesse de Longueuil, la candidate Caroline St-Hilaire, qui tente d’arracher la circonscription à Québec solidaire, a prévenu son chef, en s’adressant à lui dans le restaurant où les militants étaient réunis.

« Il faut qu’on soit nombreuses, à l’Assemblée nationale, mais aussi à la table de décision », a-t-elle dit en référant à la composition du conseil des ministres.

M. Legault a ensuite affirmé qu’il maintiendra son conseil des ministres dans la zone paritaire se situant entre 40 et 60 %.

« Ça se pourrait qu’il y ait un peu plus de femmes que d’hommes. Ça se pourrait qu’il y ait le contraire », a-t-il expliqué.

Parmi les 44 candidates présentes, Martine Biron, qui se présente dans Chutes-de-la-Chaudière, a affirmé que leur présence visait à « donner une grosse dose d’énergie » à Mme St-Hilaire.

« C’est quand même beau cette solidarité de candidates de la CAQ venues appuyer Caroline, a-t-elle dit en prenant à son tour la parole devant les militants. On peut dire qu’on est un peu solidaire, nous aussi. Sans la taxe orange quand même. »

Un dernier tour

 

M. Legault a amorcé sa dernière ligne droite en ciblant des circonscriptions à Montréal en Estrie.

Il a commencé sa journée par une étape dans Maurice-Richard, où sa candidate Audrey Murray tente de faire une percée pour la CAQ.

 

Dans un point de presse qui a précédé l’arrivée de son chef, Mme Murray a affirmé que la lutte se passe entre la CAQ et Québec solidaire.

La candidate a affirmé qu’en plus de l’environnement, les citoyens qu’elle rencontre lui ont notamment parlé durant la semaine des propos controversés du ministre Jean Boulet sur l’immigration.

« Mon collègue s’est excusé, les gens l’entendent, a-t-elle dit. Les gens écoutent et ils ont entendu qu’il s’est excusé que ce n’était pas juste ce qui avait été dit. »

Au marché

 

La caravane caquiste a ensuite mis le cap sur Magog. M. Legault s’est promené dans un marché public en plein air avec son candidat Gilles Bélanger, qui tente de se faire réélire.

En rencontrant des militants locaux sur son chemin, le chef caquiste a réprimé son optimisme.

 

« J’ai entendu dire que vous avez fait beaucoup de pointage, leur a-t-il dit. Je recevais ça à chaque semaine et Orford, [je suis] très, très confiant sur Orford. Même s’il ne faut rien prendre pour acquis. »

Durant son bain de foule au marché M. Legault a donné des indications sur la situation de la CAQ dans d’autres circonscriptions au gré de ses rencontres.

En rencontrant une électrice qui lui a dit avoir voté dans Laporte, sur la Rive-Sud de Montréal, M. Legault a confié que la CAQ espère ravir cette circonscription aux libéraux.

« On a des chances dans Laporte, a-t-il dit. […] Ce serait extraordinaire. C’est serré dans Laporte. »

À un militant caquiste de la circonscription de Verdun-L’Île-des-soeurs, M. Legault a affirmé que c’était une lutte à trois entre son parti, Québec solidaire et le Parti libéral du Québec, qui avait remporté le siège en 2018.

« En tout cas l’Île des soeurs va être là. Il faut juste convaincre tout Verdun l’autre bord. »

À voir en vidéo