«Dehors la CAQ» : plus d’un millier de manifestants à L’Assomption

L’événement «Dehors la CAQ» a entraîné le départ de convois d’automobilistes d’un peu partout au Québec samedi avant-midi.
Jacques Nadeau Le Devoir L’événement «Dehors la CAQ» a entraîné le départ de convois d’automobilistes d’un peu partout au Québec samedi avant-midi.

Plus d’un millier de personnes ont défilé dans les rues de L’Assomption samedi dans une ambiance bon enfant et sous forte supervision policière dans le cadre d’un événement baptisé « Dehors la CAQ ». Pour les autorités locales, la « tempête » appréhendée a été évitée.

Les manifestants sont arrivés vers 15 h près du bureau de circonscription du premier ministre sortant et candidat à sa réélection dans L’Assomption, François Legault, pour scander leur opposition à la gestion de la pandémie par le gouvernement sortant. Certains manifestants se trouvaient sur un autobus stationné sur les lieux, tandis que d’autres aux alentours scandaient haut et fort leur opposition au gouvernement sortant. Plusieurs des affiches brandies par les manifestants dénonçaient la preuve vaccinale mise en place pendant la pandémie, tandis qu’une dame portait une cape bleue sur laquelle on pouvait lire, en anglais, « définancer les médias ».

Sur place, des agents de la police locale et de la Sûreté du Québec ont bloqué la circulation et encadré au pas à pas cette manifestation qui était alors en cours depuis quelques heures. Les forces de l’ordre n’ont toutefois pas eu à intervenir outre mesure dans cette manifestation, qui s’est déroulée sans anicroches.

« Je suis vraiment heureux que tout se termine de cette façon. Ça s’est vraiment bien déroulé », s’est réjoui en début de soirée le maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau, lorsque joint par Le Devoir. Il a alors dit constater que les manifestants partaient tranquillement en direction du bercail, « satisfaits » de leur mobilisation.

« Justice pour nos aînés ! »

Plus tôt en journée, vers midi, les manifestants s’étaient rassemblés près de l’école secondaire Paul-Arseneau, devant laquelle de nombreuses voitures ont commencé à défiler bruyamment vers 12 h 30, sous les cris d’encouragement de quelques centaines de manifestants brandissant des drapeaux du Québec, du Canada et des Patriotes.

Les manifestants se sont ensuite déplacés dans un espace vert situé derrière cet établissement scolaire, où des haut-parleurs vibrent d’une musique tantôt en espagnol, tantôt en anglais, ou encore en français. « Liberté ! » et « Dehors la CAQ » étaient sur toutes les lèvres des manifestants, qui brandissaient de nombreuses affiches montrant leur opposition aux règles sanitaires et au gouvernement sortant.

« C’est donc bien beau de vous voir ici ! On est vraiment fiers de vous autres, pour se rappeler tout ce qu’on a enduré », a alors lancé l’organisateur du convoi en provenance de Baie-Comeau Kevin « Big » Grenier, devant une foule en liesse.

Les manifestants se sont ensuite déplacés devant le CHSLD L’Assomption pour y déposer des fleurs et honorer un moment de silence en hommage aux personnes qui ont perdu la vie pendant la pandémie. Les organisateurs de cette manifestation comptent d’ailleurs parmi leurs nombreuses revendications celle de la tenue d’une enquête indépendante sur les décès survenus dans les CHSLD de la province dans le contexte de la crise sanitaire.

« Justice pour nos aînés ! » ont d’ailleurs scandé à maintes reprises les manifestants, tandis que ceux-ci poursuivaient leur marche. Ils ont ainsi parcouru une distance d’environ deux kilomètres pour ainsi se rendre au bureau de circonscription de François Legault, où ils ont manifesté bruyamment avant de rebrousser chemin.

Sur place, la plupart des manifestants rencontrés n’étaient pas ouverts à parler aux médias, mais certains d’entre eux ont indiqué s’être déplacés à L’Assomption pour appeler les résidents à voter pour « n’importe quel parti », sauf la Coalition avenir Québec.

« Je suis ici avant toute sorte pour que Legault s’en aille, qu’il sorte dehors », indique entre autres Nathalie Vézina, une manifestante qui avait d’ailleurs pris part, l’hiver dernier, à la mobilisation de camionneurs à Ottawa.

« Il y a toute sorte de monde [parmi les manifestants], mais je pense que beaucoup de gens sont ici pour qu’on se souvienne », estime pour sa part Roger Traverse, qui s’est déplacé de Sainte-Anne-des-Plaines, dans les Laurentides, pour prendre part à cette mobilisation.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, était pour sa part absent de sa circonscription samedi, tandis que se déroulait cette manifestation d’envergure. Il s’est plutôt rendu à Chibougamau ce matin, avant de bifurquer vers Mont-Laurier. Il terminera sa journée à Montréal.

Éviter une « tempête »

L’événement baptisé « Dehors la CAQ » a entraîné le départ de convois d’automobilistes d’un peu partout au Québec samedi avant-midi. Les autorités locales, aux aguets, avaient d’ailleurs mis en place de nombreuses mesures de sécurité en prévision de ce rassemblement. Des policiers ont ainsi été déployés à l’entrée de la ville et dans son centre-ville pour surveiller le déroulement de cette mobilisation.

« On est préparé à cette tempête-là, en souhaitant qu’il n’y ait pas de tempête justement », confiait en amont de cette mobilisation le maire Sébastien Nadeau, rencontré à 11 h au centre-ville de L’Assomption.

Selon les autorités locales, de 1 500 à 2 000 camionneurs et automobilistes étaient attendus dans cette ville. Dans ce contexte, certains commerçants ont flairé les bonnes affaires. C’est le cas notamment de Serge Richard, le propriétaire de la Brasserie Saint-Maurice, situé sur le boulevard de l’Ange-Gardien, où ont défilé les manifestants cet après-midi. « On va faire une bonne journée avec ça aujourd’hui, je pense », a lancé le commerçant qui, pour l’occasion, a mobilisé plusieurs de ses employés.

À voir en vidéo