Nadeau-Dubois invite les jeunes et les vieux indécis à jaser

QS propose un «projet de solidarité intergénérationnelle où on construit tout le monde ensemble un Québec où personne n’a peur de vieillir» malgré les crises : la crise du climat ; la crise des soins aux aînés… a martelé M. Nadeau-Dubois.
Ryan Remiorz La Presse canadienne QS propose un «projet de solidarité intergénérationnelle où on construit tout le monde ensemble un Québec où personne n’a peur de vieillir» malgré les crises : la crise du climat ; la crise des soins aux aînés… a martelé M. Nadeau-Dubois.

À deux jours des élections générales, Gabriel Nadeau-Dubois invite les « indécis » à avoir « une grande jase politique entre les générations » sur l’« avenir » du Québec.

« Parlons-nous de politique en famille en fin de semaine. On a besoin de ça pour prendre la meilleure décision possible », a déclaré le porte-parole de Québec solidaire lors d’un point de presse dans le centre-ville de Gatineau samedi.

Et le leader politique « compte sur les jeunes pour parler autour d’eux de Québec solidaire ». Le parti politique progressiste, écologiste et indépendantiste obtient l’appui de 39 % des électeurs de 18 à 34 ans, de 18 % des électeurs de 35 à 54 ans et de 4 % des électeurs de 55 ans et plus, selon un sondage Léger effectué pour le compte du Journal de Montréal, TVA et QUB (27 septembre).

QS propose un « projet de solidarité intergénérationnelle où on construit tout le monde ensemble un Québec où personne n’a peur de vieillir » malgré les crises : la crise du climat ; la crise des soins aux aînés… a martelé M. Nadeau-Dubois, qui était pour l’occasion accompagné du candidat solidaire dans Hull, Mathieu Perron-Dufour.

« Moduler » des promesses

Aux électeurs préoccupés par certains bouts de la plateforme électorale de Québec solidaire comme celui sur l’impôt sur les actifs nets excédant 1 million de dollars, « GND » précise que tout gouvernement est appelé à « moduler » des promesses qu’il a prises en campagne électorale.

« Si on est élu le 3 octobre, c’est de manière générale ce plan-là qu’on va mettre en place. Tous les gouvernements écoutent la population quand ils prennent le pouvoir pour moduler leurs promesses. Ça vaut pour tous les engagements de tous les partis », a-t-il fait valoir à deux jours du scrutin.

« Mais, notre proposition, elle est claire. Notre vision, elle est claire. Il y a des gens au Québec qui peuvent en faire davantage. Le 5 % le plus riche peut contribuer un petit peu plus pour qu’on ait une meilleure société », a-t-il poursuivi, invitant de nouveau les électeurs à employer la « calculatrice solidaire » pour mesurer l’impact des promesses solidaire sur leur portefeuille.

« Momentum » dans Hull

L’autobus de campagne de QS a effectué un arrêt de 18 heures à Gatineau.

Le parti de gauche mise sur les électeurs de Hull pour élire le premier député solidaire de la région de l’Outaouais à l’Assemblée nationale, c’est-à-dire Mathieu Perron-Dufour, qui mène l’« une des campagnes les plus surprenantes en ce moment au Québec », selon M. Nadeau-Dubois. « Imaginez la bouffée d’air frais après la domination libérale, après la déception caquiste des dernières années d’avoir une voix solidaire à l’Assemblée nationale du Québec pour parler de crise du logement, pour parler de transport en commun… », a lancé le porte-parole de QS, au lendemain d’un rassemblement de quelque 250 sympathisants solidaires.

L’élection des caquistes Mathieu Lacombe (Papineau), Robert Bussière (Gatineau) et Mathieu Lévesque (Chapleau) en 2018 n’a pas donné lieu à des « changements vraiment significatifs » en Outaouais, a ajouté M. Perron-Dufour. Le diplômé d’un doctorat en sciences économiques de l’University of Massachusetts dit bénéficier d’une « machine qui est très bien huilée » par « des dizaines de bénévoles qui sont actifs partout ».

La course n’est gagnée d’avance pour le professeur au département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais. La circonscription de Hull est représentée à l’Assemblée nationale par un député du Parti libéral du Québec depuis 1956, sauf de 1976 à 1981 (Parti québécois). Selon le modèle statistique du site de projection électorale Qc125, le PLQ est toujours en tête des intentions de vote (30 %), suivi de la Coalition avenir Québec (26 %), de Québec solidaire (24 %), du Parti québécois (13 %) et du Parti conservateur du Québec (7 %).

À voir en vidéo