Duhaime tirerait de l’arrière dans Chauveau

Invité à commenter les sondages vendredi, Éric Duhaime n’a pas manifesté une once de découragement.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Invité à commenter les sondages vendredi, Éric Duhaime n’a pas manifesté une once de découragement.

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) pourrait bien faire élire des députés en Beauce ou ailleurs au Québec sans parvenir à faire entrer son chef, Éric Duhaime, à l’Assemblée nationale, selon un nouveau sondage paru vendredi.

Contrairement à ce que beaucoup croyaient, le PCQ et la CAQ ne seraient pas coude à coude dans la circonscription de Chauveau, selon un sondage Segma Recherche commandé par Le Soleil et FM93. Le candidat de la Coalition avenir Québec, Sylvain Lévesque, dépasserait Éric Duhaime par huit points de pourcentage dans les intentions de vote (43 % contre 35 %).

Le coup de sonde a été réalisé par téléphone entre le 26 et le 28 septembre auprès de 510 répondants. Sa marge d’erreur est de 4,3 %.

Invité à commenter la nouvelle, Éric Duhaime n’a pas manifesté une once de découragement. « J’ai confiance : les conservateurs sont potentiellement des électeurs plus discrets. On risque d’avoir une prime à l’urne et je suis très optimiste », a-t-il dit. Il table aussi sur le fait que le vote par anticipation ait été très couru dans Chauveau.

Les conservateurs intensifient toutefois leurs efforts sur le terrain. M. Duhaime a d’ailleurs envoyé une lettre à tous les résidents de la circonscription, en plus de lancer un appel à ses militants des circonscriptions environnantes pour prêter main-forte dans Chauveau.

Jeudi, un autre sondage plaçait le PCQ en avance dans la circonscription de Beauce-Nord. Le parti pourrait dès lors faire élire un député sans décrocher un siège pour son chef.

 

Questionné sur cette éventualité, Éric Duhaime n’a pas voulu s’avancer. « Je n’ai qu’un seul plan en ce moment : passer les 72 dernières heures à m’assurer que tous les citoyens de Chauveau vont voter conservateur. »

Plus tôt dans la campagne, le chef conservateur avait dit être là pour de bon et avait affirmé vouloir consacrer 10 années au parti.

À voir en vidéo