St-Pierre Plamondon devra se passer de l’appui explicite ou implicite de QS

« On ne donnera pas de consigne de vote parce qu’on fait confiance à l’intelligence des électeurs », a indiqué Gabriel Nadeau-Dubois.
Ryan Remiorz Archives La Presse canadienne « On ne donnera pas de consigne de vote parce qu’on fait confiance à l’intelligence des électeurs », a indiqué Gabriel Nadeau-Dubois.

Le porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, refuse de donner une consigne de vote aux électeurs de la circonscription de Camille-Laurin déçus du désistement de la candidate solidaire Marie-Ève Rancourt, qui a été filmée en train de retirer un dépliant aux couleurs péquistes de la boîte aux lettres d’un électeur.

« On ne donnera pas de consigne de vote parce qu’on fait confiance à l’intelligence des électeurs. Moi, je fais confiance aux gens de Camille-Laurin pour prendre la meilleure décision. Ce n’est pas à moi à leur dire comment voter », a-t-il affirmé lors d’un point de presse à Québec mardi.

Du coup, le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon, devra se passer de l’appui explicite ou implicite de M. Nadeau-Dubois pour rallier les électeurs progressistes, indépendantistes et écologistes laissés en plan par QS et l’emporter sur le candidat caquiste, Richard Campeau.

Face à l’avantage que le retrait de la candidature de Marie-Ève Rancourt pourrait donner au PQ, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a dit demeurer optimiste quant à l’avenir de sa formation politique dans Camille-Laurin. « Les gens sont satisfaits du travail de Richard Campeau. Je ne prends rien pour acquis, Richard travaille très fort et j’ai bon espoir de gagner Camille-Laurin », a-t-il affirmé lors d’un arrêt à Gaspé.

De son côté, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ), Dominique Anglade, a assuré à la presse mardi que les tactiques employées par la candidate solidaire dans Camille-Laurin ou encore par un bénévole péquiste dans Masson ne sont « vraiment pas dans les valeurs » qu’elle prône. « C’est tout sauf les valeurs que je prône. » Elle n’a toutefois pas voulu préciser si elle montrait la porte du PLQ à un membre de son équipe qui commettrait un tel geste. « Je souhaite que tous mes candidats se comportent bien et c’est l’information que j’ai aujourd’hui », a-t-elle souligné.

Avec Alexandre Robillard et Florence Morin-Martel

À voir en vidéo