Legault enfile ses habits de premier ministre

«Si c’est pas assuré par des assurances régulières, on va combler la différence», a affirmé Legault lors d’une conférence de presse.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne

«Si c’est pas assuré par des assurances régulières, on va combler la différence», a affirmé Legault lors d’une conférence de presse.

Le chef caquiste François Legault a revêtu ses habits de premier ministre, samedi, pour dresser un premier bilan du passage de la tempête Fiona, qui a « frappé fort » aux Îles-de-la-Madeleine.

Bien que le portrait de la situation soit encore incomplet, M. Legault a affirmé que le gouvernement dédommagera toutes les pertes qui ne sont pas couvertes par les assurances des sinistrés.

« Si c’est pas assuré par des assurances régulières, on va combler la différence », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

En plus des Îles-de-la-Madeleine, la Gaspésie et la Basse-Côte-Nord sont également sur le parcours de Fiona.

 

Sans minimiser les impacts, M. Legault a constaté que le système météorologique n’est pas passé directement sur l’archipel dans le golfe du Saint-Laurent.

« C’est passé juste à côté des îles, a-t-il dit en conférence de presse. C’est moins pire que ce qu’on pensait hier soir mais, quand même, ça a frappé fort et ça va continuer à frapper fort. »

Des vents de plus de 100 km/h ont commencé à souffler dans la nuit de samedi aux Îles-de-la-Madeleine où ils devaient continuer samedi après-midi. La tempête atteindra ensuite la Basse-Côte-Nord près de Natashquan.

Il était encore impossible, samedi midi, de connaître l’étendue des dégâts, a déclaré le premier ministre.

« Il est trop tôt pour avoir une évaluation des dommages », a-t-il dit.

La sous-ministre associée à la sécurité civile Katia Petit a affirmé que les vagues provoquées par la tempête pourraient causer de l’érosion et des affaissements de sol tandis que le vent affecte le réseau électrique. Près de 8000 abonnés étaient sans électricité samedi matin.

« On sait grosso modo ce qui se passe mais le détail, les infrastructures touchées on a rien de tout ça, a-t-elle dit. On va être en mesure d’évaluer la situation un peu plus tard, on est vraiment en opération. »

Changements climatiques

 

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité civile Geneviève Guilbault se rendra sur place dès que possible. M. Legault avait déjà prévu s’y rendre lundi dans le cadre de sa tournée électorale.

La Coalition avenir Québec avait temporairement suspendu sa campagne, vendredi soir, avec l’approche de Fiona. La tournée a reprise en après-midi samedi. Un rassemblement militant prévu samedi à Terrebonne a toutefois été annulé.

M. Legault a constaté que la tempête Fiona s’inscrit dans une succession de phénomènes météorologiques violents.

« On peut penser qu’il y a un lien avec les changements climatiques », a-t-il dit.

M. Legault a estimé que son Plan pour une économie verte, annoncé par son gouvernement en avril, répondra aux besoins des municipalités confrontées aux changements climatiques.

Sur le budget de 7 milliards du plan, une somme de 917 millions est prévue pour les municipalités et M. Legault s’est montré ouvert à faire plus.

Un « rappel brutal » selon Gabriel Nadeau-Dubois

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, appréhende d’autres « événements météo extrêmes » même sil les Québécois intensifient la lutte contre les changements climatiques. « Ça brasse aux Îles-de-la-Madeleine, puis malheureusement ça va brasser dans d’autres endroits au Québec dans les prochaines années », a-t-il averti samedi après-midi.

M. Nadeau-Dubois a repris ses activités de campagne après s’être entretenu avec Jean-Philippe Déraspe, qui brigue les suffrages dans la circonscription des Îles-de-la-Madeleine sous la bannière de QS. « Il m’a dit : “Gabriel, je te demande juste une chose, il faut que tu parles des changements climatiques” », a-t-il raconté lors d’un arrêt de son autobus de campagne dans une halte en bordure de l’autoroute 20.

« GND » a salué la décision du premier ministre, François Legault, d’établir un programme visant à dédommager les sinistrés de la tempête Fiona. « Il faut que le gouvernement du Québec soit là pour aider les gens, pour aider les entreprises qui vont avoir des pertes, ça, c’est certain, mais il faut aussi penser à long terme », a-t-il souligné.

QS propose la mise sur pied d’un Fonds d’urgence climatique, dans lequel un gouvernement solidaire injecterait 1,5 milliard de dollars sur quatre ans. Il faut « investir dans nos infrastructures pour limiter les dégâts en amont », plaide le parti de gauche.

M. Nadeau-Dubois se désole de voir M. Legault refuser net de soutenir, à hauteur de 2 milliards par année, les efforts des municipalités québécoises à adapter leurs infrastructures aux changements climatiques. « Les mieux placées pour répondre à ces questions-là ce sont les municipalités elles-mêmes, ce sont les régions elles-mêmes qui connaissent les vulnérabilités sur leur territoire », a soutenu le prétendant au poste de premier ministre.

Avec Marco Bélair-Cirino

À voir en vidéo