Legault s’attaque encore aux «taxes orange», QS riposte

De passage à Montréal samedi, M. Nadeau-Dubois a accusé M. Legault de piger «dans le petit livre» stratégique de Stephen Harper en distribuant des dépliants contre « la taxe orange ».
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne De passage à Montréal samedi, M. Nadeau-Dubois a accusé M. Legault de piger «dans le petit livre» stratégique de Stephen Harper en distribuant des dépliants contre « la taxe orange ».

François Legault mène une campagne de « publicité négative » inspirée de la stratégie de l’ancien premier ministre canadien Stephen Harper, selon le porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois. Les solidaires sont « dogmatiques » avec leurs « taxes orange », a affirmé de son côté le chef caquiste.

De passage à Montréal samedi, M. Nadeau-Dubois a accusé M. Legault de piger « dans le petit livre » stratégique de Stephen Harper en distribuant des dépliants contre « la taxe orange ». Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) est sur la « défensive », selon lui. « Distribuer des tracts pour salir Québec solidaire, ça ne convaincra pas les Québécois et les Québécoises de voter pour François Legault. »

Au jour 21 de la campagne électorale, le premier ministre sortant a attaqué de nouveau les « taxes orange » de la formation solidaire, comme celle de 15 % sur les véhicules énergivores. « C’est important de mettre de l'argent dans le portefeuille [des Québécois], ce n’est pas le temps d’être dogmatique », a dit M. Legault.

Tout comme jeudi, lors du débat des chefs, M. Legault a pris l’exemple d’un acheteur de « fourgonnette familiale » qui devrait payer environ 7500 $. « [Gabriel Nadeau-Dubois] nous dit que ça ne s’appliquera pas dans toutes les régions, mais il ne sait pas encore quelle région. Est-ce qu’à Rivière-du-Loup ça va s’appliquer ? », a-t-il questionné, de passage dans cette ville pour un dîner militant.

De son côté, Québec solidaire parle d’une « modulation régionale » et non d’une exemption de taxe, précise l’attachée de presse Gabrielle Arguin. Les conducteurs de véhicules adaptés, les familles de plus de trois enfants et les Québécois qui ont besoin de ce type de voiture pour travailler, eux, seraient exemptés, indique-t-elle.

Cette idée ne tient pas la route, selon le chef caquiste. « Voyez-vous ça ? Il va avoir dans chaque municipalité un comité de citoyens qui va décider si tu paies le 7500 $ ou non. C’est ça, Québec solidaire. »

Gabrielle Arguin de QS explique que la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) serait responsable de gérer les exemptions et les modulations régionales. Ces dernières seraient définies par des comités régionaux de transition et des élus, dit-elle.

La CAQ « joue avec la vérité », selon QS

Questionné à savoir si les tracts distribués par les caquistes au sujet de Québec solidaire contiennent des faussetés, M. Nadeau-Dubois a affirmé que « la CAQ tourne les coins ronds et joue avec la vérité sur plusieurs » des propositions du parti.

Jeudi dernier, lors du débat, François Legault a soutenu à tort que les acheteurs d’une Toyota Camry paieraient une « taxe orange » de 4800 $ sur les véhicules énergivores, a soulevé Gabriel Nadeau-Dubois, à Sherbrooke. « C’est bien sûr faux, a dit le porte-parole de QS. La grande majorité de ces modèles-là ne seront pas touchés par la mesure de Québec solidaire. »

Malgré la lutte qui s’annonce chaude entre la CAQ et QS dans la circonscription de Sherbrooke, Gabriel Nadeau-Dubois n’a pas semblé inquiet. Flanqué de ses candidats de la région, il a dit mettre « le paquet en Estrie ».

« Les gens de Sherbrooke ont aimé Christine Labrie, a souligné le porte-parole solidaire. Ils ont aimé son travail comme députée. Nous, c’est là-dessus qu’on fait campagne. »

À voir en vidéo