Duhaime «choqué» que la CAQ propose de puiser dans le Fonds des générations

« On est en train de voir un gouvernement prêt à hypothéquer l’avenir de la prochaine génération pour acheter la prochaine élection », a lancé M. Duhaime.
Jacques Boissinot La Presse canadienne « On est en train de voir un gouvernement prêt à hypothéquer l’avenir de la prochaine génération pour acheter la prochaine élection », a lancé M. Duhaime.

La proposition de la Coalition avenir Québec (CAQ) de « s’attaquer au Fonds des générations » pour financer la baisse d’impôts « pue au nez » du chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a-t-il affirmé mardi.

« On est en train de nous diviser entre les personnes plus âgées et les jeunes en disant : “On va aller piger l’argent des jeunes et on va le donner aux personnes âgées pour qu’ils votent pour la CAQ” », a lancé M. Duhaime, de passage à Trois-Rivières, au restaurant Shaker. Dans la salle bondée, les « Liberté » et « Bye bye Legault » ont fusé de toutes parts durant son discours.

Le chef conservateur accuse les caquistes de vouloir augmenter « l’iniquité » intergénérationnelle en puisant dans le Fonds des générations. Ce dernier a été créé en 2006 afin de réduire le fardeau de la dette au Québec.

Lundi, la CAQ a promis de réduire dès 2023 les taux des deux premiers paliers d’imposition de 1 point de pourcentage, jusqu’à la fin d’un éventuel deuxième mandat. À plus long terme, l’objectif serait de les réduire de 2,5 points sur 10 ans.

Afin de financer cette baisse d’impôt, les caquistes iraient puiser dans les versements prévus au Fonds des générations. La somme serait de deux milliards de dollars par an de 2023 à 2026, et passerait à cinq milliards par an dès 2032.

Or, le 19 août dernier, la CAQ promettait de ne pas toucher au Fonds des générations, a rapporté Radio-Canada mardi. « Qu’est-ce qui s’est passé en 10 jours pour que la CAQ change d’idée ? » a demandé M. Duhaime.

Plus tôt mardi, l’autobus conservateur s’est rendu chez deux résidents de Trois-Rivières. La formation politique a bon espoir de faire des gains en Mauricie. Dans la cuisine de Véronique Tousignant et Philippe Brodeur, le chef du PCQ s’est livré à un « exercice pédagogique » en expliquant les baisses d’impôts proposées par le parti à l’aide d’un tableau blanc.

De tous les partis politiques, il s’agit des diminutions les « plus généreuses », a ensuite souligné Éric Duhaime en point de presse. Il propose de baisser les taux des deux premiers paliers d’imposition de 2 points de pourcentage. Dès 2022, le seuil d’exemption fiscale passerait de 16 143 $ à 20 000 $.

Pas de cadre financier dévoilé pour l’instant

Afin de financer cette baisse d’impôts, le PCQ compte sur l’exploitation du gaz et du pétrole au Québec et sur la réduction de la taille de l’État. Le parti s’engage aussi à couper dans les subventions aux entreprises.

Questionné sur le montant que rapporteraient ces mesures, Éric Duhaime a rétorqué qu’il présenterait le cadre financier dans les prochaines semaines, soit à temps pour le premier débat des chefs, prévu le 15 septembre.

« Je vais me garder quelques munitions pour pouvoir continuer à expliquer notre programme et à poursuivre une espèce de strip-tease », a-t-il dit.

Avec Marco Bélair-Cirino et Clémence Pavic

À voir en vidéo