Bernard Drainville se portera candidat pour la CAQ

Bernard Drainville se présentera sous la bannière de la Coalition avenir Québec (CAQ) aux prochaines élections québécoises cet automne.

Il quitte donc son poste d’animateur au 98,5 FM pour retourner en politique. M. Drainville, qui animait l’émission du midi depuis six ans, aurait présenté sa démission à son employeur jeudi soir.

Le Devoir a pu confirmer l’annonce d’abord faite vendredi matin par Paul Arcand, l’animateur de l’émission matinale au 98,5 FM. Selon nos informations, Bernard Drainville serait pressenti comme candidat de la CAQ dans la circonscription de Lévis, dont le siège de député sera bientôt laissé vacant par François Paradis.

M. Drainville, qui habite la région de Québec, aura 59 ans la semaine prochaine. Après une carrière de journaliste de 1989 à 2007, il a été élu quatre fois député péquiste de Marie-Victorin, en Montérégie, de 2007 à 2014. Il a été ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne de septembre 2012 à avril 2014 et leader parlementaire de l’opposition officielle de septembre 2015 à juin 2016 ; c’est là qu’il a quitté la politique.

L’opposition réagit

L’annonce de la candidature de M. Drainville confirme « la stratégie électorale de François Legault », a affirmé le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois. En recrutant le « père de la Charte des valeurs », le premier ministre « veut que les questions de l’urne soient la laïcité et l’immigration », a-t-il soutenu en point de presse.

Les sympathies caquistes de Bernard Drainville sont connues depuis longtemps, selon le député péquiste Pascal Bérubé. Au micro du 98,5 FM, il « a toujours préservé le gouvernement de la CAQ et a été particulièrement dur avec les partis d’opposition », a affirmé l’élu.

Selon le député libéral Marc Tanguay, le recrutement par la CAQ de M. Drainville, un « farouche indépendantiste », témoigne du fait que François Legault gouverne « comme un péquiste ». « L’“agenda” [souverainiste de M. Legault] est de moins en moins facile à cacher », a-t-il fait valoir.

En point de presse sur un autre sujet, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a rétorqué que « Marc Tanguay est dans la théorie du complot ». Le député libéral « brandit cet épouvantail-là référendaire depuis déjà quelques semaines, quelques mois, a-t-il dit. Ça me fait bien rire ».

Questionné sur la place qu’il y a ou non pour les fédéralistes au sein de la CAQ, M. Lacombe a répondu qu’il était « un nationaliste, d’abord et avant tout, qui veut travailler à l’intérieur de la fédération canadienne ».

Avec François Carabin et La Presse canadienne



À voir en vidéo