Legault s’attend à ce que l’écart se resserre avec l’opposition

Au cours de l’automne, François Legault a tenté de donner une nouvelle impulsion à son gouvernement en prorogeant le parlement.
Photo: Jacques Boissinot (Archives) La Presse canadienne Au cours de l’automne, François Legault a tenté de donner une nouvelle impulsion à son gouvernement en prorogeant le parlement.

Au terme d’une session marquée par les questions soulevées sur sa gestion de la pandémie, le premier ministre François Legault s’attend à ce que l’écart se resserre avec l’opposition dans les intentions de votes au cours des prochains mois.

En dressant son bilan parlementaire de la session automnale, M. Legault a commenté vendredi l’avance importante qu’il maintient depuis des mois sur ses adversaires dans les sondages.

« Je pense que ça va se resserrer dans les prochains mois », a-t-il dit en conférence de presse.

M. Legault a expliqué qu’il préfère envisager ce scénario, car il ne tient rien pour acquis d’ici l’élection de l’an prochain. « J’ai assez d’expérience en politique pour savoir que les sondages, ça peut changer rapidement », a-t-il dit.

Au cours de l’automne, M. Legault a tenté de donner une nouvelle impulsion à son gouvernement en prorogeant le parlement. Il souhaitait ainsi marquer une embellie sur le front de la pandémie.

Il a tout de même dû affronter les demandes répétées de l’opposition qui l’a talonné sur sa gestion de la crise de la COVID-19.

Cette semaine, les trois partis de l’opposition ont notamment fait front commun pour réclamer qu’il mandate une enquête publique à ce sujet. M. Legault a répété que trois enquêtes sont déjà en cours sur le sujet et qu’une a été conclue par la protectrice du citoyen.

Il a rejeté un parallèle entre cet argument et celui de son prédécesseur Jean Charest, qui a plaidé pour des enquêtes policières pour finalement se ranger aux demandes de l’opposition et mandater une enquête publique sur la construction et le financement des partis politiques.

« Il n’y a rien à comparer entre les deux, actuellement il y a quatre enquêtes, ce n’était sûrement pas le cas dans le dossier de la corruption dans la construction, a-t-il rétorqué. Les enquêtes en cours vont aller au fond des choses. »

M. Legault a amorcé son bilan en référant aux constats de la protectrice du citoyen, Marie Rinfret. Dans son rapport, elle a souligné que le gouvernement n’a pas pris en compte la vulnérabilité des Centres hospitaliers de soins de longue durée en se préparant à la pandémie.

« Durant la session, il y a eu beaucoup de questions à la suite du rapport de la protectrice du citoyen, a-t-il dit. Je ne vous cacherai pas que j’ai trouvé ça dur de me rappeler des moments qui ont été difficiles. »

À voir en vidéo