Sue Montgomery veut scinder son arrondissement en deux

La mairesse de l’arrondissement le plus populeux de la métropole, Sue Montgomery, a présenté mercredi les grandes lignes de la plateforme de son nouveau parti Courage.
Photo: Julien Cadena Le Devoir

La mairesse de l’arrondissement le plus populeux de la métropole, Sue Montgomery, a présenté mercredi les grandes lignes de la plateforme de son nouveau parti Courage.

La cheffe du parti Courage, Sue Montgomery, entend militer auprès du gouvernement du Québec pour diviser Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce en deux arrondissements, dont elle souhaite aussi un rehaussement du financement par la Ville.

La mairesse de l’arrondissement le plus populeux de la métropole a présenté mercredi les grandes lignes de la plateforme de son nouveau parti local, Courage, au sein duquel elle se présente pour briguer un nouveau mandat au même poste, en prévision du scrutin municipal de novembre. Elle était pour l’occasion accompagnée de ses cinq candidats, qui tenteront d’obtenir un poste de conseiller dans les différents districts de ce vaste arrondissement.

« Nous avons le pouvoir de nous battre pour notre arrondissement et de faire ce qui est bon pour nos résidents et notre quartier », a martelé Mme Montgomery lors d’une conférence de presse tenue dans un parc situé en face du cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

L’élue, qui a été éjectée du caucus de Projet Montréal en janvier 2020, a alors fait valoir que les deux quartiers de son arrondissement ont des réalités démographiques et culturelles bien différentes. « Les résidents dans les deux quartiers disent que ça n’a aucun sens que Côte-des-Neiges et [Notre-Dame-de-Grâce] soient ensemble », a-t-elle affirmé. Elle assure cependant qu’il n’y a pas « d’animosité » entre ces deux quartiers. « Il n’y a juste pas de connexion naturelle », a-t-elle lancé.

L’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce compte plus de 166 500 habitants, soit environ 10 % des résidents de Montréal. « Il est difficile de gérer un si grand arrondissement », a renchéri la candidate de la formation politique dans le district de Snowdon, France Stohner.

« Pour moi, la diversité de nos quartiers dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, c’est la richesse de notre arrondissement », a répliqué par écrit mercredi la candidate de Projet Montréal à la mairie de cet arrondissement, Gracia Kasoki Katahwa. Cette dernière affirme d’ailleurs que le fait de diviser cet arrondissement en deux risquerait de réduire le nombre de services offerts à ses résidents, en impliquant des dépenses supplémentaires « pour embaucher des fonctionnaires et créer des bureaux administratifs », au lieu d’investir « dans les priorités et projets des citoyens » de ce secteur.

Convaincre Québec

 

La création d’un nouvel arrondissement relève toutefois de Québec. Mme Montgomery entend donc discuter avec les différents partis provinciaux, en prévision des élections provinciales de 2022, pour tenter de les convaincre de la pertinence de sa demande.

« On va parler avec tous les partis pour faire un argument pour diviser l’arrondissement en deux », a dit Mme Montgomery.

Cette dernière n’a d’ailleurs pas voulu se risquer à dire quel secteur de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce elle préférerait diriger, dans l’éventualité où cet arrondissement serait effectivement divisé en deux. Elle a néanmoins insisté sur l’importance, selon elle, d’augmenter les transferts annuels de la ville centre consacrés à son arrondissement, qui en tire une partie de son financement.

« Alors que nous sommes le plus grand contributeur à la Ville, nous avons le moins d’arénas, de piscines, de bibliothèques et d’investissements. Il faut investir davantage dans nos jeunes, nos infrastructures et obtenir notre juste part », a insisté Mme Montgomery.

Prévenir le profilage

 

La formation politique souhaite par ailleurs s’attaquer aux enjeux de sécurité publique dans le quartier. Lundi, un jeune homme de 16 ans a succombé à ses blessures après avoir été poignardé à mort au haut du corps sur l’avenue Van Horne, près de la station de métro Plamondon, dans Côte-des-Neiges. Il s’agit du 25e homicide à survenir sur le territoire de la métropole depuis le début de l’année.

« Notre parti local va travailler très fort avec les organisations communautaires du quartier pour s’assurer que ces jeunes-là aient quelque chose à faire après l’école pour s’assurer de développer un parcours de vie », a assuré le candidat du parti Courage dans Côte-des-Neiges, Patrice S. César. Ce dernier réclame ainsi un meilleur soutien financier des programmes communautaires qui visent à réduire le nombre de méfaits en misant sur la prévention, notamment auprès des jeunes.

La formation réclame aussi que la Ville et la Société de transport de Montréal abrogent certains règlements qui ont été associés par plusieurs groupes communautaires à des pratiques de profilage social par le Service de police de la Ville de Montréal (SPV) dans les dernières années.

En janvier dernier, l’Observatoire des profilages, rattaché à l’UdeM, a d’ailleurs fait état dans un rapport d’une hausse du profilage social et de la judiciarisation des itinérants à Montréal dans les dernières années. Ceux-ci reçoivent régulièrement des amendes pouvant atteindre quelques centaines de dollars pour avoir été en état d’ébriété dans un parc ou s’être couché sur un banc ou à même le sol dans le réseau du métro, par exemple.

« Ce sont des règlements qui visent des personnes qui n’ont nulle part ailleurs où aller », a déploré la candidate du parti de Mme Montgomery dans le district de Loyola, Annalisa Harris.


Une version précédente de ce texte désignait le parti Courage comme Courage Montréal, ce qui était erroné.

À voir en vidéo