Des allégements sanitaires prévus pour les bars et restaurants

Avec ces nouveaux allégements qui entreront en vigueur à partir du lundi 1er novembre, les bars et les restaurants devraient être capables de revenir tout près de leur niveau normal d’activité.
Photo: Adil Boukind Le Devoir Avec ces nouveaux allégements qui entreront en vigueur à partir du lundi 1er novembre, les bars et les restaurants devraient être capables de revenir tout près de leur niveau normal d’activité.

Le gouvernement a annoncé jeudi des mesures d’assouplissement en faveur des restaurants et des bars du Québec, ce qui devrait leur permettre d’arriver tout près de leur niveau normal d’activité à partir du mois prochain.

Les restaurants ne seront plus contraints dans leur capacité d’accueil des groupes. La limite, fixée à 25 personnes par groupe, est abolie.

Le maximum de clients par table demeurera toutefois fixé à 10. Pour excéder ce nombre, il faudra que les personnes attablées ensemble ne proviennent pas de plus que trois résidences.

Tant dans les bars que les restaurants, la distance entre les tables pourra être réduite, passant de deux mètres à un mètre. Si la distance est moindre, des mesures barrières, telles que l’installation de plexiglas, seront nécessaires.

Des contraintes supplémentaires imposées aux bars sont également abolies. En ce moment obligés de fermer à 1 h, les bars pourront retrouver leur horaire normal, c’est-à-dire cesser le service à 3 h comme c’était le cas avant l’imposition des restrictions sanitaires. En juillet dernier, l’heure de fermeture des bars était déjà passée de minuit à 1 h.

Les plus récents assouplissements prévoient aussi que le nombre de clients admis dans les bars redeviendra la capacité totale autorisée, après avoir été réduit à 50 pour cent afin d’empêcher la propagation du virus de la COVID-19.

Toutes ces mesures, annoncées jeudi, entreront en vigueur le lundi 1er novembre. Le passeport vaccinal ainsi que le port du masque ou du couvre-visage lors des déplacements à l’intérieur des commerces demeureront en vigueur.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a d’ailleurs déclaré que le passeport vaccinal permet un tel assouplissement dans les cas où les risques de transmission sont plus élevés. Sans le passeport, ce sont les mesures de distanciation qui doivent continuer.

« Ces mesures viennent apporter un peu d’air frais aux Québécois, a-t-il dit dans un communiqué. […] Nous avançons prudemment vers un retour à la normalité, mais la prudence est de mise. »

Cette annonce survient alors que le premier ministre François Legault s’apprêter à présenter mardi les nouvelles priorités postpandémie de son gouvernement, dans une opération qui vise notamment à souligner que « le pire de la crise » est passé.

Une capacité quasi maximale

Le directeur des affaires publiques et gouvernementales de l’Association restauration Québec, Martin Vézina, a estimé qu’avec ces assouplissements, les établissements visés sont tout près de leur capacité d’activité maximale.

« Selon les endroits, on peut penser que la capacité pourra atteindre 80 ou 90 % », a-t-il dit en entrevue.

Dès jeudi après-midi, la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec avait déjà envoyé à ses membres une note contenant l’essentiel des nouvelles mesures, a constaté Le Devoir. Selon le document, d’autres mesures propres aux partys de Noël seront annoncées plus tard.

De son côté, la Nouvelle association des bars du Québec attendait ces changements, à la suite de discussions avec Québec dans la dernière semaine.

« On nous a confirmé des bonnes nouvelles pour début novembre, des allégements adaptés aux heures d’ouverture et aux capacités d’accueil des établissements », a indiqué son président, Pierre Thibault, sans donner plus de détails.



À voir en vidéo