Singh critique les «promesses vides» de Trudeau sur l’eau potable des Autochtones

Le chef néodémocrate estime que la richesse et la technologie au Canada sont suffisantes pour lever tous les avis qui sont encore en vigueur dans les communautés autochtones éloignées.
 
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne

Le chef néodémocrate estime que la richesse et la technologie au Canada sont suffisantes pour lever tous les avis qui sont encore en vigueur dans les communautés autochtones éloignées.

 

Le chef néodémocrate, Jagmeet Singh, affirme qu’aucune excuse n’est acceptable pour le non-respect par les libéraux de leur promesse de 2015 de lever tous les avis sur la qualité de l’eau potable dans les communautés autochtones.

S’adressant lundi matin aux journalistes à Sioux Lookout, à environ 230 km au nord-ouest de Thunder Bay, en Ontario, M. Singh n’a pas nié qu’il est difficile d’atteindre les communautés éloignées. Mais il estime que la richesse et la technologie au Canada sont suffisantes pour lever tous les avis qui sont encore en vigueur dans ces communautés.

« Ces Autochtones continuent de se voir refuser un droit humain fondamental à l’eau potable », a déclaré M. Singh. « C’est inacceptable. »

 

Le chef néodémocrate devait faire campagne plus tard lundi dans la communauté oji-crie de Neskantaga, qui doit endurer depuis plus de 25 ans un avis sur la qualité de l’eau potable.

Le chef de Neskantaga, Wayne Moonais, a déclaré dans un communiqué que ses communautés accueilleront M. Singh pour la deuxième fois en un mois, afin qu’il constate de visu les impacts de cet avis sur les conditions de vie des Autochtones depuis 26 ans.

M. Trudeau avait promis en campagne électorale en 2015 de lever d’ici mars 2021 tous les avis à long terme sur la qualité de l’eau potable. Son gouvernement a reconnu en décembre dernier que cet échéancier ne serait pas respecté, malgré la levée en cinq ans de plus de 100 avis à long terme sur la qualité de l’eau potable.

En mars dernier, alors que 52 avis à long terme autochtones étaient toujours en vigueur dans 33 communautés, le gouvernement libéral a assuré qu’il restait déterminé à mettre fin à tous les avis, mais qu’il ne fixerait pas de nouvel échéancier.

M. Singh n’a pas fourni de détails sur la façon dont il mettrait fin plus rapidement que les libéraux aux avis restants, mais il a déclaré qu’il en ferait une priorité s’il était élu.

« Pour un pays du G7, ce n’est pas un problème de ressources, ce n’est pas un problème d’accès à la technologie, ce n’est pas une question d’accès aux ressources : il faut simplement en faire une priorité, et c’est ce que nous ferons », a-t-il dit.

M. Singh a également critiqué les progrès des libéraux en matière de logement et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques



À voir en vidéo