Jagmeet Singh ne veut pas faire d’«équivalences» entre Autochtones et Québécois

M. Singh a également révélé vendredi que le Nouveau Parti démocratique publierait le cadre financier de ses promesses électorales samedi, neuf jours avant le scrutin du 20 septembre.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne M. Singh a également révélé vendredi que le Nouveau Parti démocratique publierait le cadre financier de ses promesses électorales samedi, neuf jours avant le scrutin du 20 septembre.

Le chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, n’est pas d’accord avec Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, qui a assimilé jeudi la discrimination vécue par les Autochtones à celle des Québécois.

Lors du débat en anglais, jeudi soir, un jeune électeur ontarien a demandé aux chefs des cinq principaux partis comment ils rétabliraient la confiance après plus de 150 ans de «mensonges et d’abus» envers les peuples autochtones.

Dans sa réponse, M. Blanchet a déclaré que personne ne devrait dire à une nation quoi faire et que chaque nation, y compris la nation québécoise, devrait être reconnue comme telle et traitée en égale.

À Ottawa vendredi matin, M. Singh a indiqué qu’il ne voulait pas faire d’«équivalence entre un groupe et un autre», tout en soulignant que «les francophones, les Québécois et Québécoises ont subi de la discrimination systémique» au Canada. Il a évoqué en anglais le «vrai défi» des francophones vivant en situation minoritaire au Canada, «qui ne peuvent pas accéder aux services dans leur langue, à l’éducation dans leur langue».

Le racisme et la discrimination systémiques se retrouvent partout au Canada, «dans chaque province et chaque territoire», et peuvent être constatés dans le fait que de nombreuses communautés autochtones n’ont pas d’eau potable, a soutenu M. Singh.

Selon lui, un exemple fort de ce racisme systémique et de ses impacts concrets sur la vie des gens est celui de Joyce Echaquan, morte «à cause du racisme systémique» dans un hôpital de Joliette il y a un an.

Mais les francophones, les Québécois et les Autochtones «ne font pas face aux mêmes défis, aux mêmes injustices», a souligné M. Singh. «Donc, je ne fais pas une équivalence» entre un groupe et un autre. «Mais je peux dire clairement que oui, les francophones ont subi de la discrimination systémique et les Québécois et Québécoises, il n’y a pas longtemps qu’ils ont fait face à la discrimination systémique. Donc oui, ça existe et c’est un vrai enjeu.»

À propos de la position de M. Legault

 

Interrogé sur l’appui à peine voilé du premier ministre François Legault aux partis fédéraux qui ne sont pas «centralisateurs», comme le NPD, M. Singh a répondu que son parti serait là pour aider les Québécois, comme il l’a fait pendant la pandémie.

«Une assurance-médicaments universelle, ce n’est pas une question de centraliser, c’est une question d’aider les gens de réduire les coûts», a-t-il dit. «L’idée d’investir dans nos soins de santé, de faire face à la crise du logement (...) Tous ces problèmes sont des problèmes au Québec et ailleurs, à travers le pays. Et c’est important qu’on travaille ensemble pour les régler.»

M. Singh a également révélé vendredi que le Nouveau Parti démocratique publierait le cadre financier de ses promesses électorales samedi, neuf jours avant le scrutin du 20 septembre.

 

Le NPD sera le dernier des trois grands partis à publier le coût de ses promesses, mais M. Singh estime que les Canadiens savent déjà ce que le NPD propose, notamment un régime universel d’assurance-médicaments, des services de garde abordables et des soins dentaires — des programmes sociaux payés entre autres en taxant les plus riches.

M. Singh est arrivé à Burnaby, en Colombie-Britannique, plus tard vendredi pour participer au vote par anticipation.

Il s’est entretenu brièvement avec les journalistes par la suite, parlant de la nature surréaliste de voter pour soi.

«Quel sentiment cool. C’est une chose vertigineuse», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il semblait «idiot» de se sentir si excité à l’idée de voter pour soi.

Il a pris des égoportraits et a parlé avec des partisans avant de partir pour un événement virtuel.

Pour en savoir plus sur les élections fédérales 2021

En visualisations de données En vidéo Débats des chefs Sur le terrain Nos analyses Nos chroniques


À voir en vidéo