O'Toole aura « une approche sérieuse » sur les armes

Erin O’Toole a expliqué qu’il veut que 90 % des résidents admissibles soient vaccinés contre la COVID-19.
Photo: Frank Gunn La Presse canadienne Erin O’Toole a expliqué qu’il veut que 90 % des résidents admissibles soient vaccinés contre la COVID-19.

Les chasseurs et les tireurs sportifs sont les victimes injustes de la décision du gouvernement libéral d’interdire les armes de style fusil d’assaut, a déclaré samedi le chef conservateur Erin O’Toole qui a été assailli par les questions des journalistes au sujet de la position du parti à ce sujet.

Le sujet plombe la campagne électorale conservatrice depuis que M. O’Toole a promis, lors du débat en français, de maintenir l’interdiction des « armes d’assaut ». Il nie avoir l’intention de légaliser le type d’armes utilisé lors du massacre de 1989 commis à l’École polytechnique de Montréal.

Sa déclaration a été perçue comme une promesse de maintenir l’interdiction sur quelque 1500 armes à feu décrites par le gouvernement comme étant des armes d’assaut de style militaire en mai dernier.

Si le chef conservateur a réitéré vendredi son engagement, une porte-parole du parti a nuancé les propos en disant que les conservateurs ne veulent pas abolir la loi qui interdit les armes automatiques depuis 1977.
 
Dans leur programme brandi à tout vent par M. O’Toole, les conservateurs disent vouloir abolir la loi C-71 et le décret interdisant certains types d’armes à feu.

De passage à Coquitlam, en Colombie-Britannique, M. O’Toole a dit que les Canadiens pouvaient lire son programme s’ils voulaient comprendre sa politique sur les armes à feu.
Invité à s’expliquer, M. O’Toole a dit que son gouvernement aura « une approche sérieuse en ce qui concerne la sécurité publique. »

« On doit avoir un système juste et efficace pour nos chasseurs et nos tireurs sportifs, mais en même temps une approche ciblée sur les gangs de rue et la contrebande. L’approche de M. Trudeau est en train de diviser et de tromper les Canadiens. »

Il a ajouté que les conservateurs réviseront le système de classification des armes à feu au pays. M. O’Toole a promis un processus public et transparent à ce sujet.

Selon lui, le véritable problème réside dans la contrebande d’armes illégales en provenance des États-Unis. Il a reproché à M. Trudeau d’adopter le même discours partisan comme on peut l’entendre aux États-Unis.
 
M. O’Toole a dit vouloir cibler le crime organisé, notamment les gangs de rue. Il veut aussi que les autorités puissent saisir plus facilement des armes dont le propriétaire commence à être traité pour une maladie mentale.
 

Passeport vaccinal

Erin O’Toole imite certains de ses adversaires fédéraux en promettant de mettre en œuvre un système national permettant aux Canadiens de prouver qu’ils ont été vaccinés contre la COVID-19.

Cette annonce s’inscrivait dans un certain nombre d’engagements électoraux liés à la pandémie que le leader du Parti conservateur a dévoilés samedi, lors d’un arrêt à Coquitlam, en Colombie-Britannique.
 
M. O’Toole a déclaré qu’il travaillerait avec les provinces pour concevoir un système national de preuve vaccinale, ajoutant qu’une telle configuration aiderait les Canadiens lors des voyages internationaux.
 
Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, a aussi réclamé un système national et a critiqué le chef libéral Justin Trudeau pour ne pas en avoir mis un en place plus tôt.
 
M. Trudeau affirme pour sa part qu’Ottawa certifierait les passeports provinciaux pour les vaccins, mais que cela pourrait prendre un an pour créer un programme fédéral complet.
 
Erin O’Toole a expliqué qu’il veut que 90 % des résidents admissibles soient vaccinés contre la COVID-19, et s’engage à couvrir les coûts des congés des employés pour recevoir un vaccin, du transport gratuit vers les cliniques de vaccination et d’une stratégie nationale de vaccination de rappel qui ciblerait initialement les aînés et les immunodéprimés.

À voir en vidéo